Err

Etape n°7 - La soirée de clôture, ça va zouker !

Guadarun 2012 - Gwada Lanta, l’épopée de nos héros
jeudi 10 mai 2012 par Sandrine

On ne s’afflige point d’avoir beaucoup d’enfants, Quand ils sont tous beaux, bien faits et bien grands, Et d’un extérieur qui brille ; Mais si l’un d’eux est faible, ou ne dit mot, On le méprise, on le raille, on le pille : Quelquefois, cependant, c’est ce petit marmot Qui fera le bonheur de toute la famille.

Charles Perrault – Le petit Poucet

JPEG - 91.6 ko

Saviez-vous que le conte de fées de notre enfance était parfois lié au handicap ?

Le petit Poucet était nain, Jean-mon-hérisson était un petit garçon à la disgrâce physique, le joli cygne un vilain petit canard…

Sous des fables anodines, la tolérance et la différence étaient mises en avant.

Comme dans tout conte de fées, histoire, ou légende de notre enfance, il y a toujours une merveilleuse conclusion, une morale heureuse…

Vous voyez vers quel chemin je veux vous mener ??

Au départ de ce voyage, 4 enfants un peu différents, ont pris leur envol vers la Guadeloupe, des anges aux ailes un peu cassées, ils ont quitté leur nid douillet, leur famille, leurs amis, pour une semaine à l’autre bout du monde….

Ils ont fait confiance à une bande de fous furieux, tous de jaune vêtus, qui n’ont eu aucun état d’âme à les embarquer dans la jungle, sous les palmiers, à les faire dormir sur le sable, à prendre le bateau ou même l’avion…

JPEG - 138 ko

Ce ne sont pas des ogres, ni des sorcières, juste des elfes et des lutins malicieux à la foulée rapide….

Et pour canaliser tout ce joli petit monde, il y avait une tribu orange, un peuple de gentils et généreux, qui allaient veiller au bon déroulement et au confort de nos petits jaunes !!

JPEG - 130.1 ko
Jaunes et oranges, rien que des couleurs chaudes ….

J’ai peur d’en oublier, mais voici les visages qui auront marqué notre aventure en Guadeloupe, des sourires ambulants au cœur d’or…

Les chefs de la tribu,

JPEG - 21 ko

Daniel

JPEG - 4.9 ko

Lucien

La maman du camp et Le boss du chrono

JPEG - 75.1 ko

Christiane

JPEG - 10.8 ko

Fred

La plus jolie des fées, Miss Aude, et les adorables Jackie et Sabrina,

JPEG - 11 ko
JPEG - 19.5 ko
JPEG - 8.8 ko

Notre petite Gwen...La douce Marianne, et les infirmiers de choc, Teddy, Fabien et Fémi….

JPEG - 7.1 ko
JPEG - 12.7 ko
JPEG - 28.7 ko

Il me fallait rendre hommage à ces gens juste formidables !!

Que ceux qui ne sont pas cités ici ne m’en veuillent pas, et se manifestent !!

Avant de nous laisser rejoindre la métropole, cette fabuleuse tribu orange nous avait réservés l’immense honneur d’un bal en son château !!

Euh, pardon, j’ai confondu d’histoire ….Je reprends...

L’immense honneur d’une cérémonie de clôture et d’une soirée dansante, prévue au Golf hôtel de Saint-François !!

Vous allez vite comprendre combien cette soirée a été chaude en tous points ….

Le soleil s’est pourtant bien couché, les températures auraient dû descendre un peu, mais que Nenni !!

Au fur et à mesure de la soirée, la canicule s’est installée…

Il y a eu d’abord en apéritif, la remise des prix.

Suite au classement des concurrents, les médailles de cette Guadarun 2012 ont été distribuées par notre délicieuse et immense Aude.

JPEG - 35 ko
JPEG - 26.2 ko
Perchée à plus de 2 mètres sur ses hauts talons aiguilles, elle est assistée de Inès, Morgane, Gaspard et Jonathan, parfaits en maîtres de cérémonie !

Là, ça allait encore. Le public était presque sage et applaudissant.

Nos Lutins des Dunes ont alors enchaîné avec les hors d’œuvre : une petite reprise inédite des Restos du cœur sauce Guadarun.

Ceci restait bon enfant. Mais le public était déjà debout et conquis !

Ne pouvant laisser l’idylle de Aude et Gaspard secrète trop longtemps, nous en avons donc profité pour célébrer leur union officielle, sous un hymne du mariage repris en chœur par l’assemblée en délire …

Ça chauffe, ça chauffe …

Le buffet fût ensuite servi pour tous les convives, accras de morue, petits boudins antillais, verrines exotiques, poulet, riz, vin, le tout à volonté.

Il fait vraiment chaud dans cette salle non ??

Mais les degrés ont monté d’un, que dis-je, de plusieurs crans, lorsque Jaël fit son entrée, les mains sur son synthé, et la bouche collée sur son micro !!

JPEG - 61 ko
Je ne sais pas trop ce qui s’est passé, mais sachez que je n’ai jamais pu dîner tranquillement, et que je n’ai plus jamais remis les fesses sur ma chaise à partir de ce moment précis !!

Cette petite met le feu à elle toute seule, comme une grande artiste qu’elle est.

Capable de chanter du rock, de la variété française comme internationale, elle nous enchaîne titre sur titre, tube sur tube, Jonathan en a même perdu sa voix à force de hurler « Laisse moi t’aimer » d’un Mike Brandt transformé !!

Oubliant la fatigue et la course, plus aucun invité n’est à table, tous sont sur le dance-floor à se trémousser !! (c’est bon pour la récup’ docteur non ???)

JPEG - 50.6 ko

La soirée bat son plein, il fait une chaleur à mourir !! Je suis trempée et le mot est faible !

J’avais dormi dans un sauna à Marie-Galante, voici que je danse dans un hammam à Saint-François !!

Je donnerais tout pour virer ce tee-shirt coton des Dunes qui me fait dégouliner !! (Il faudra penser à l’avenir, Messieurs les chefs des Dunes, à la robe de soirée technique, anti-transpirante !!)

Dans ce moment d’euphorie, et de chaleur infernale, nous sortons les jeunes des fauteuils, ils sont maintenant debout, à danser avec nous !!

Une ronde se forme, emportant coureurs, enfants, organisateurs, les sourires en disent long sur ce moment si fort.

L’image est hallucinante et à peine croyable, les fauteuils sont vides, Morgane, Inès, Gaspard se défoulent sur Célimène et Vas-y Franckie !!

Jonathan danse avec les bras, il est si beau !!

JPEG - 54.7 ko
JPEG - 86.9 ko
JPEG - 44.5 ko
JPEG - 70.5 ko

Il n’y a plus de handicap, juste une grande famille qui s’éclate autour d’un événement exceptionnel.

Les coureurs ont franchi le cap, ils dansent avec nos gamins, ils délirent, partagent, offrent leurs cœurs, la barrière est tombée, explosée en plein vol !!

Je crois que si j’ai une image à retenir parmi toutes celles que j’ai en tête, ce serait celle-ci, un énorme moment de bonheur où plus rien ne compte….

Tout y respire la complicité, l’amitié, l’amour, la tolérance…

Mais cet amour ne fait pas baisser les degrés pour autant…

J’oublie un peu le romantisme des dernières lignes, car la suite est un peu brûlante (merci d’écarter les jeunes lecteurs de ce qui va suivre !!)

Je ne sais plus si c’est « sans chemise sans pantalon » ou « tomber la chemise » qui vont nous faire basculer, mais dans un délire collectif féminin, nous arrachons avec plaisir, les liquettes de nos mâles de la soirée !!

Autant vous dire, aucun ne résiste à nos assauts presque sauvages ….

Allez hop, ici une chemise, là un tee-shirt, encore ici un maillot …

Je les envie de se retrouver torses nus…

JPEG - 41.9 ko
JPEG - 29.2 ko

Je vous jure, que s’il n’y avait pas eu de jeunes autour de nous, je me retrouvais en petite tenue tellement j’ai chaud !!

Mais la séance « bain de vapeurs » n’est pas terminée…

Jaël, non contente d’avoir déjà mis le feu, en profite pour nous glisser insidieusement du zouk, et même pire, du zouk love … !!

C’est parti pour du collé serré, du dandinage de fesses, du sensuel, de la chaleurrrrrrrr !!

C’est promis Gilles, je ne dévoilerai rien sur ta danse avec notre si jolie Miss …

Je préfère vous prévenir, nous avons du boulot pour arriver à la cheville, pfff, que dis-je, au talon de nos Guadeloupéens préférés !!

Le spectacle est tout autour de nous, et nous nous régalons de leur danse lascive et sensuelle, sans jamais être vulgaire ou provocatrice….

Il nous faudrait des cours, mais dans l’urgence, Domi m’entraîne dans un zouk love à notre manière, en gros, un slow un peu plus torride qu’à notre habitude … Mais c’est un très joli début pour mon rugbyman viril !!

Je le sais, je vais mourir de chaud, et c’est maintenant !!

Je sais désormais à quoi vont ressembler mes crises de pré-ménopause !!

Après le zouk, les séries de rock nous achèvent, Gilles et Bichon m’entraînent chacun leur tour, dans leurs pas rapides et enlevés, j’ai la main qui glisse, j’ai viré les tongs pour être nus-pieds, je suis une savonnette ambulante !!

Alice, ça glisse, au pays des merveilles ....

Ne souriez pas, c’est pas drôle d’être aussi moite en boîte !!

Je ne vous ai pas dit, mais j’ai dû finir toutes les bouteilles d’eau que j’ai pu trouver à portée de main ….

La conversion en litres bus ne doit pas pouvoir être comptabilisé, cela doit être énorme !!

Eh oui, quand il fait chaud, il fait soif, alors quand il fait super méga trop chaud, il fait super méga trop soif !!

La prochaine fois, je prends un camel-back !!

La soirée continue, tard dans la nuit, à croire que cette Guadarun était finalement un jeu d’enfants vu le dynamisme et la folie des fêtards !!

Mais il y a un moment pour tout et Jaël nous met en sas de décompression pour terminer cette soirée de folie, petite chorégraphie tous ensemble, puis elle baisse la musique, petit à petit, coupe le son, nous remercie, elle ne nous met pas dehors, mais nous souhaite une excellente nuit.

Merci Mademoiselle pour cet exploit musical, c’était juste parfait !!

Le dance-floor se vide, les corps sont repus.

Le zouk est fini, nous allons pouvoir nous allonger dans un lit confortable et fermer les yeux pour cette dernière nuit en Guadeloupe...

Ne surtout pas penser que cela se termine, oublier que notre avion décolle le lendemain, ne pas réfléchir aux adieux, surtout pas !!

Dimanche 15 avril

La Guadarun aura lieu du 7 au 15 avril 2012 ...

Petit flash-back sur les mois d’hiver, où nous rêvions de cette semaine aux Antilles partagée avec les Dunes d’espoir.

Nous ne savions pas quelle aventure nous attendait, ni à quelle sauce créole nous allions être dévorés, aujourd’hui, nous savons quelle chance nous avons eu de la vivre !!

La dernière journée se déroule comme une journée de vacances en famille, un plongeon dans la piscine, un peu de tourisme dans Saint-François, quelques emplettes souvenirs, une lichette de rhum...

Les bagages sont faits, les duvets sont roulés, le bus qui nous mène à l’aéroport a mis le moteur en route.

Le départ est proche, et ce n’est pas Jonathan qui me contredira !!

Notre « John d’amour » est prêt pour repartir vers le Sud de la France, il sait que son frère et sa maman vont venir le chercher en voiture à l’aéroport de Marignane, il est heureux.

Inès, Gaspard et Morgane sont dans les starting-blocks et écrivent au dernier moment quelques dernières cartes postales...

Il nous faut maintenant dire au-revoir aux copains et copines qui prolongent leur séjour, aux bénévoles, à l’équipe organisatrice ...

C’est le moment que je déteste, les adieux n’ont jamais été mon fort, j’ai toujours cette grosse boule qui coince dans la gorge, et les yeux qui s’humidifient, toujours cette saleté de moucherons !!

Bye bye Yannick, Edith, Ninie, Aude, Jackie, Sabrina, Marianne, Ciao Roberto et Federico, au plaisir de vous revoir un jour !!

Le bus démarre et nous sommes dedans.

L’ambiance n’est plus à la fête, le silence et le calme trahissent la nostalgie et le désir de rester ici.

L’aéroport de Pointe à Pitre est en vue.

Derniers adieux à Daniel, Lucien, Guy, qui nous ont accompagné jusqu’ici.

Résister.

Morgane craque, je la prends dans mes bras, ses sanglots sont ceux d’une jeune fille qui n’a pas envie de quitter ce lieu magique et cette atmosphère unique !!

Je ne résiste plus.

J’ai les yeux brouillés.

La nuit est tombée, nous embarquons.

L’avion décolle vers les Champs-Elysées....

La fabuleuse histoire des Dunes d’espoir au pays de la Guadarun s’achève ici.

Ils vécurent heureux et eurent plein d’enfants ... .

Non, c’est une fin bien trop banale pour ce conte de fées aux parfums tropicaux.

Ils repartirent heureux et s’en trouvèrent transformés

Oui je préfère, et comme les images parlent mieux que tous les mots, voici nos aventuriers, héros de ce conte extraordinaire ....

JPEG - 15.3 ko

Inès au départ de Paris

JPEG - 8.9 ko

Inès en Guadeloupe

JPEG - 20.2 ko

Morgane au départ de Paris

JPEG - 17.3 ko

Morgane en Guadeloupe

JPEG - 10.5 ko

Jonathan au départ de Paris

JPEG - 11.5 ko

Jonathan en Guadeloupe

JPEG - 5.6 ko

Gaspard au départ de Paris

JPEG - 11.6 ko

Gaspard en Guadeloupe

Les photos résument tout...L’air de la Guadeloupe serait donc plus pur ??? Il nous faudra y retourner pour vérifier ...

Je ne vous parlerai pas des aurevoirs, ni des retrouvailles avec les parents à l’aéroport de Orly... Ceci restera notre petit secret, entre nous ...

La boucle est bouclée, je vous remercie infiniment d’avoir suivi toutes ces étapes, d’avoir lu et commenté avec un enthousiasme sincère tous ces articles !!

Je ne vais pas encore remercier tout le monde, mais ils sont dans mon cœur pour longtemps, et ils le savent ....

Si vous hésitiez encore avant de partir en Guadeloupe, n’hésitez plus, Domi et moi avons été piqués par la Gwadamania....

Nous buvons du rhum, du jus de goyave, nous nous gavons de petits boudins et autres accras, et nous écoutons du zouk, c’est grave docteur ?????

Je terminerai par une petite phrase créole qui veut dire beaucoup : Mwen aimé ou !!!


Documents joints

10 mai 2012
Document : PDF
238.7 ko


Vos commentaires

  • Le 11 mai à 09:18par catherine (d’alsace !!!lol !!!)Gravatar

    J’en veux encore !!!!! je veux aussi y aller !!!!! c’est quand la prochaine !!! lol !!! je m’etais habitué a avoir mon petit brin de soleil chaque jour ..... ca va ma manquer ..... tes textes sont exceptionnels et transmettent tant de bonheur et d’amour .. un vrai regal... merci d’avoir partagé tout cela avec nous et vivement votre prochaine expédition !!! biz

    Répondre à ce message

  • Le 10 mai à 21:53par Gilles le chtiGravatar

    Waou !! Quel talent ! Il parait que c’était votre premier grand projet outre-mer avec les dunes,tout comme moi.Bin,on ne dirait pas !! 
    Vraiment géniaux tous ces récits,les textes,l’humour,les photos... 
    Je ne me lasse pas de te lire ! Tout l’esprit des dunes y est résumé ! LES ENFANTS D’ABORD ! 
    Et puis en retour,Nous aussi sommes comblés par cette aventure !

    Répondre à ce message

  • Le 10 mai à 20:52par YannGravatar

    On a courru, on s’est rencontré, on a ri, on a zouké, on a sué tous ensembles sans handicap, sans frontière mais qu’est ce qu’on a aimé !!!! J’en suis revenue transformée. 
    Merci Sandrine.

    Répondre à ce message

  • Le 10 mai à 20:57par YannGravatar

    On a couru, on s’est lié d’amitié, on a ri, on a sué, on a zouké tous ensembles sans handicap, sans frontière mais qu’est c’qu’on a aimé !!!!!! J’en suis revenue transformée.

    Répondre à ce message

  • Le 10 mai à 20:36par patricia poireyGravatar

    ca y est les larmes me sont montées aux yeux. merci pour les textes et les photos de gros bisous a vous deux et merci a tous les coureurs de Dunes espoir pour leur courage et l’amour qu’ils ont pour nos enfants

    Répondre à ce message

  • Le 10 mai à 20:27par ValéryGravatar

    Caramba ! Cette fois-çi ça semble vraiment être la fin de cette belle aventure. Les récits, commentaires, anecdotes, photos que tu viens de distiller étape par étape au cours de ces dernières semaines Sandrine , m’ont permis de rester dedans, de revoir(vivre) la joie des enfants, les instants de bonheur partagé avec les uns et les autres, des Dunes ou non. J’ai ausi découvert les « à côté de la course pendant les temps de course »vécus par les jeunes. Pour tout celà un ENORME merci Sandrine (sans oublier ton cher et tendre of course !)

    Répondre à ce message


Etape n°6 - Grande Terre - Saint François

Guadarun 2012 - Gwada Lanta, l’épopée de nos héros
mardi 8 mai 2012 par Sandrine

Qu’il est bon ce matelas moelleux, les oiseaux gazouillent dehors, la nuit a été réparatrice à souhait !!

Après 6 nuits de bivouac, le confort de la chambre rend le sommeil luxueux !!

L’heure du réveil n’a pas été modifiée, il ne faudrait pas bousculer notre rythme infernal …. Il est 5 h, les Dunes s’éveillent !!

JPEG - 72.4 ko

Samedi 14 avril 2012

Le petit déjeuner au Golf hôtel est parfait, petites viennoiseries, jus de fruits exotiques, confitures maison, cela devrait requinquer nos équipes suite à l’épreuve d’enfer de la veille.

A 6 h 30, les coureurs partent dans un premier bus vers le Moule, lieu de départ de la dernière et ultime étape de cette Guadarun !!

Morgane et Jonathan embarquent avec eux pour effectuer la première partie du parcours.

Pour notre petit groupe des Dunes, à la place du 4x4 habituel de nos relais, un bus complet nous est cette fois-ci réservé, autant dire que nous avons de la place pour tout rentrer, fauteuils, ravito, sacs etc !

Le confort jusqu’au bout !!

Nous partons pour la plage « Anse la Gourde » (je vous jure, je n’y suis pour rien !!).

Nous avons kidnappé Inès et Gaspard pour la bonne cause, ils feront la seconde partie de l’étape, et restent avec nous de gré et sans se forcer …

Le soleil a décidé de nous montrer de quels rayons il nous chauffe !!

Il est en forme le coco, et l’indice 50 n’est pas de trop lorsque nous arrivons à destination…

JPEG - 70.9 ko

Aujourd’hui nous savourons l’endroit du relais, tout l’opposé de la veille : une plage au sable blanc, une mer aux reflets turquoise et émeraude, des petits arbres pour une ombre indispensable ….

Les bénévoles de la course sont tout proches de nous, Aude, Sabrina, Dany, Marianne, nos charmantes hôtesses au sourire craquant, Stéphane le chrono, Grégory qui monte l’arche d’arrivée, nous ne sommes plus seuls, au milieu de nulle part…

C’est un peu la récompense de l’attente dans la jungle .. On sent bien comment on va apprécier cette matinée !!

L’atelier expression manuelle débute cette journée, la tentation est trop forte de faire des dessins sur le sable chaud, et nous ne résistons d’ailleurs pas, notre créativité étant à son summum, des ébauches de Inès et Gaspard prennent forme sur le sable.

Des branches pour les cheveux, le maillot jaune des Dunes, les lunettes de soleil, les tongs, et hop, c’est du grand art !!

JPEG - 45.6 ko

Nous passons rapidement à l’étape suivante : atelier sport et Enfilage des maillots de bain.

La mer est à portée de roues, et nous emmenons Inès et Gaspard pour la baignade fort matinale !!

JPEG - 55.7 ko
JPEG - 66.1 ko

Il est seulement 7 h 00. Le soleil est au zénith, il brûle déjà alors qu’habituellement, à cette heure-ci, nous prenons le train pour la Défense sous un ciel gris !!

Gaspard n’hésite plus à se jeter à l’eau, quant à Inès, jolie petite sirène, elle se détache de nous et nage librement.

JPEG - 64.4 ko
JPEG - 54.6 ko

Elle s’éclate tellement dans l’eau que c’en est bouleversant. Il n’y a plus de handicap, plus de fauteuil, juste une petite fille qui rit aux éclats dans cette eau translucide !

Elle est libre Inès, y en a même qui l’ont vue nager ….

Gaspard est maintenant beaucoup plus à l’aise, il faut dire qu’il a des maître-nageuses et un body-guard bien plus sexys que Pamela Anderson et David Hasselhoff !!

Monsieur passe de bras en bras, se laisse porter, savoure ce bain dans une eau plus que tiède..

JPEG - 80.1 ko
JPEG - 65.2 ko

Marie-Christine, Angélique, Domi et moi nous régalons de cette tranche de bonheur à l’autre bout du monde. Il n’y a plus de groupe, plus de course, plus de joëlette, juste un samedi en famille à la mer !

Les sourires de Inès et Gaspard sont la plus jolie récompense que l’on puisse obtenir.

Après une longue trempette dans ces eaux paisibles, nous remontons dans le sable, et nous installons entre deux coques de bateau, sur les serviettes de bain.

J’ai eu la bonne idée d’emmener le « Time’s up » dans mon sac de voyage, jeu de société où il faut faire deviner à son équipe des personnages, en parlant ou mimant, nos jeunes adorent, et nous formons deux équipes : Gaspard, Angélique et Domi, contre Inès, Marie-Christine et moi-même…

JPEG - 118.1 ko

La partie est acharnée et on rigole beaucoup !!!

Mais le temps passe vite, et à grands regrets, nous abandonnons les cartes, pour habiller nos champions de joëlettes, les premiers coureurs sont passés, et il vaut mieux que l’on soit prêts, on ne sait jamais…

La chaleur est intense et nous encourageons tous les Guadarunners, nous nous sommes pourtant mis à l’ombre, mais c’est fou comme la température a grimpé depuis le matin !!

Dès que nous le pouvons, nous arrosons à grands coups d’eau les valeureux concurrents, ils sont carrément douchés de la tête aux pieds, mais cela leur fait un bien fou pour refroidir le moteur.

Le ravitaillement est aux couleurs locales : mangue, melon, beaucoup de fruits frais qui rafraîchissent les gosiers.

Cette étape risque malgré tout de faire des dégâts.

C’est tout de même la dernière étape de l’aventure, il fait très très chaud, les sentiers ou rochers sont en plein cagnard, et la fatigue va s’installer forcément.

Nous espérons encore une fois que nos courageux coureurs des Dunes vont bien, et que Morgane et Jonathan ne cuisent pas trop sur leur joëlette respective.

L’inquiétude va rapidement s’estomper car la première joëlette est en vue, c’est Jonathan qui mène son équipe, Morgane suit de près, nous prenons vite en charge nos jeunes pour laisser à nos coureurs le temps de s’hydrater, de souffler, de prendre une bonne douche à l’eau minérale !

Ils ne sont pas cuits, mais on ne peut pas dire qu’ils soient très frais !! Je ne peux même pas imaginer où ils trouvent la force et le courage de courir par des températures pareilles !!

Quand je pense que j’hésite toujours pour courir à Ramatuelle, alors qu’il ne fait que 30° ….

Ils profitent en tous cas de ce léger répit pour récupérer un peu, Natacha et Odile sont enchantées par le parcours, même s’il est difficile et dans des conditions climatiques extrêmes !!

Il nous faut les laisser repartir, ils vont aller vers la pointe des châteaux et revenir par la plage pour l’arrivée. Il reste tout de même un gros morceau à faire !!

Nous mettons à l’ombre nos deux nouveaux invités.

Jonathan a l’air ailleurs, il nous dit qu’il est limite et qu’il a trop chaud !!

Il veut s’endormir, mais Angélique l’en empêche, elle craint le coup de chaud…Morgane est dans le même état, comme nous le redoutions, ils ont un peu cuite durant leur partie de course !!!

A grands coups de compresses très froides, nous leur appliquons doucement sur le visage, la nuque, le front, nous les faisons boire….

Il faudra une bonne demi-heure pour les retrouver plus frais et ragaillardis, Jonathan réclame de la mangue, c’est plutôt bon signe !!

Bien placés, nous assistons aux arrivées des concurrents qui se succèdent, nous sommes les privilégiés de cette émotion unique qu’ils ont tous d’en finir avec cette superbe course qu’est la Guadarun !!

L’arrivée des filles me touche particulièrement car nous avons noué une complicité depuis tous ces jours passés ensemble, et nous en profitons pour immortaliser cette belle brochette de Girl Power !!

La photo de groupe est belle, et les sourires des filles éclatants !

JPEG - 53.8 ko

Je peux ainsi féliciter tour à tour Laetitia, Ninie, Yannick, Michelle, Edith, Florence, toutes ces championnes aussi charmantes les unes que les autres, mais je ne délaisse pas pour autant les hommes de ces étapes : Roberto, Sylvain, Guy, Nicolas, et tous ceux que je vais oublier de citer ....

Tous quittent au fur et à mesure la plage pour aller se restaurer chez Honoré, le roi de la langouste...(dont je rêve depuis que j’ai vu l’enseigne !! Je parle de la langouste, pas de Honoré !!)

Notre tour viendra, mais il nous faut encore attendre nos chouchous des Dunes.

Il fait tellement chaud, que nous plongeons de temps en temps, et avec délice, dans cette eau paradisiaque. Nous avons négligemment oublié les masques et tubas, mais la récompense est absolument divine...
JPEG - 64.7 ko

Cela ne nous empêche pas de guetter d’un œil l’horizon et la plage pour y deviner au loin du jaune fluo...

Morgane et Jonathan attendent avec impatience ce moment : franchir l’arche d’arrivée finale, l’ultime étape qui clôturera cette semaine sportive et humaine.

La première joëlette est en vue, elle est encore loin mais cela nous donne un indice de taille, ils ne vont pas tarder à nous rejoindre sur le sable et nous pouvons préparer le terrain pour que ce final soit grandiose, mémorable, inoubliable pour tous !!

Je cours vers le restaurant « Chez Honoré » où tous les coureurs déjeunent, se prélassent, entament même une sieste méritée....

Telle une folle, j’ameute les troupes en leur expliquant que nos joëlettes arrivent bientôt, je sais que tous veulent être présents pour assister à l’arrivée des Dunes d’espoir, ils lâchent leur assiette, leur verre, et nous courons tous vers la plage et cette arche mythique !!

Les joëlettes se font désirer, telles des stars capricieuses, mais la bande des Guadarunners patiente sagement à l’ombre, le sable est brûlant, et Jonathan chaud bouillant !!

Les voici !!!

JPEG - 161 ko

Au bout de la plage, le jaune fluo envahit l’espace, les deux joëlettes, Inès et Gaspard, nos coureurs, avancent vers nous !!

J’ai une espèce de grosse boule dans la gorge, tous les souvenirs de cette fabuleuse semaine remontent à la surface....Je ne dois pas craquer, pas maintenant ....

Nous plaçons Morgane à 50 mètres de l’arrivée, Jonathan crie pour savoir « Où il est Domi », les joëlettes s’approchent, Domi revient en courant pour emmener son John vers la victoire...

Tout se bouscule, tout va très vite, mais comme au cinéma, lors des plans importants, je me mets en mode ralenti, je savoure chaque instant, chaque seconde de cette arrivée....

Avec Marie-Christine, nous sortons Morgane de son fauteuil, la mettons debout.

Notre princesse marche avec toute cette hargne, cette volonté, cette rage de vaincre !!

Elle avance, pas à pas, vers cette victoire avancée, sous les hourras et applaudissements des spectateurs....

Marcher dans le sable est si difficile, mais Morgane s’accroche, Morgane s’approche, je n’ose un regard vers les coureurs, beaucoup ont ces larmes dans les yeux, des larmes de joie, des larmes de cette émotion unique, l’impression de vivre un moment hors du temps ....

JPEG - 72.8 ko
JPEG - 83.5 ko

Inès, Gaspard, passent également la ligne debout, en criant, en riant, la victoire est belle, le triomphe est mérité, le handicap a brisé toutes les frontières de l’indifférence et de l’intolérance !!!

Tout le monde s’embrasse, se félicite, se remercie, nous tombons dans les bras les uns des autres ....

J’essaie de ne pas craquer, mais lorsque Edith, adorable Guadarunneuse se met à pleurer en me prenant dans ses bras, je ne résiste plus, nous mêlons notre émotion, notre joie de partager cet instant.

Il n’y a plus de coureurs, d’organisateurs, de bénévoles, de Miss, de Dunes, il n’y a plus qu’une grande famille qui se retrouve pour fêter cette finale dans l’apothéose !!

Nous ne réalisons même pas ...La Guadarun est maintenant terminée.

Cette semaine que nous attendions depuis des mois, cette course qui nous faisait rêver durant l’hiver, ces images que nous essayions de deviner, tout cela est en train de s’achever...

L’édition 2012 a été énorme, les acteurs formidables.

L’arche gonflable va être rangée, et attendra l’édition 2013.

La course est finie, mais pas le bonheur d’être encore tous ensemble, il nous reste à savourer le dessert offert par nos hôtes, la soirée de clôture ....

Après un repas où je ne verrai pas la queue d’une langouste, mais plutôt la cuisse d’un poulet ...

Nous repartons tous à l’hôtel pour une détente totale dans la piscine, la baignade et les éclats de rire vont ressourcer les jeunes et nos courageux coureurs.

JPEG - 62.3 ko
JPEG - 82.4 ko
JPEG - 92.5 ko
JPEG - 83.7 ko

Morgane découvre les joies de l’eau, confiante en ses référentes, elles laisse sa phobie de côté pour un bain relaxant...

Jonathan observe de son œil rieur, il a bien essayé de se tremper, mais ce n’est pas son truc ...Il se concentre à tendre ses bras pour offrir ses câlins et c’est encore mieux pour nous !!

Cette pause fraicheur permet à chacun d’oublier la fatigue et les muscles courbaturés, les cocktails de fruits frais et autres tipunchs, vont achever de ragaillardir nos athlètes !!

JPEG - 56.1 ko

Attention, la fête n’est pas finie, si vous voulez connaître les détails de cette conclusion festive, vous saurez tout dans le dernier épisode de notre saga...

Ne le ratez sous aucun prétexte !!





Etape n°5 - Goyave

Guadarun 2012 - Gwada Lanta, l’épopée de nos héros
jeudi 3 mai 2012 par Sandrine

Le chant des grenouilles nous a bercés toute la nuit, une berceuse atypique qui nous a plongés dans un profond sommeil…

Un peu comme dans un rêve, au petit matin, les yeux se sont ouverts sur ce jardin d’eau.

Vendredi 13 avril

La fatigue aidant, nous avons dormi comme des bébés, et, heureusement que Natacha est venue gratter à notre tente pour nous réveiller, sinon, nous y serions encore !!

Je suis heureuse qu’aucune photo n’ait été faite dès la sortie des tentes, cela aurait pu rivaliser avec la galerie des petites horreurs ….

Je vous passe les détails, mais avec la fatigue cumulée de la semaine, c’est du genre marque de l’oreiller sur la joue, yeux cernés, et cheveux en bataille, oui mais quand on est Guadarunner, c’est le dur prix à payer !!

Bref, nous mettons un pied dans l’herbe humide, ça change du sable blanc et des coquillages …

JPEG - 65.3 ko

La découverte du paysage entourant notre dernier bivouac est une réelle et belle surprise, nous sommes entourés d’une flore exotique riche et variée, la végétation offre un dégradé de verts impressionnant, en contre-bas un étang bordé de variétés tropicales, dégage une zénitude complète….

JPEG - 105.5 ko
JPEG - 117.7 ko

La rivière aux galets complète ce tableau de verdure, c’est un petit paradis terrestre !!!

Le petit déjeuner se fait dans cette atmosphère zen, les grenouilles n’ont pas cessé leurs chants de séduction, s’il ne fallait pas prendre le départ de la course, nous serions bien restés là à flâner..

Surtout que l’étape de la journée est annoncée comme super méga difficile !!!

24 Km attendent coureurs et joëlettes, mais attention…12 km de montée dans une monotrace qui sillonne la jungle tropicale, et 12 km de descente par le même chemin boueux….

Tous les anciens Guadarunners, les organisateurs, nous préviennent, ce sera chaud pour aller jusqu’en haut avec les joëlettes, la prudence devra être de mise.

C’est Morgane et Jonathan qui vont s’attaquer à la première partie, dite « roulante », le relais se fera à la lisière de la jungle.

Le départ est donné à 7 h 00.

Daniel notre gentil chef organisateur nous emmène en 4x4 jusqu’au relais prévu, Inès et Gaspard sont en forme et excités de découvrir ces nouveaux paysages luxuriants.

JPEG - 55.8 ko

La grimpée en voiture se fait dans une terre rouge et boueuse, pas la peine de venir ici autre chose qu’en tout-terrain, sous peine de rester embourbé !!

Le dépaysement est total, il y a des fleurs partout sur le long du chemin, des bananeraies, des cocotiers, des plantations de canne à sucre, l’air est empli d’humidité.

Nous doublons prudemment les groupes de coureurs, et rejoignons les joëlettes, ils sont tous en forme, mais ce n’est que le début, et la piste ressemble encore à quelque chose de roulant !!.
JPEG - 119.1 ko

Le 4x4 quitte le chemin peu carrossable, notre point de rendez-vous est là.

Daniel nous désigne la place idéale pour attendre le relais, c’est à dire, au milieu de nulle part, à quelques cent mètres du ravitaillement officiel !!

Nous sommes à la frontière de l’inconnu, de cette jungle qui attire et qui fait presque peur, on imagine la végétation reine en ce domaine, qui pousse et qui repousse, sans jamais aucune relâche !!

La boue est partout, nous ne pourrons donc pas nous asseoir, ni rouler les fauteuils, pas question d’aller se promener, ce sera comme si on attendait le bus à une station….mais un jour de grève !!

JPEG - 124.7 ko

Nous n’avons guère le temps de nous installer que tout notre joli monde arrive déjà, nos warriors ont la tête d’aventuriers qui veulent en découdre avec cette étape de fous !

Jonathan a été transformé en Rambo, camouflé par des traces de boue sur le visage, on croirait un mercenaire !! Même si cela ne lui plaît guère, il les a même prévenus, il va le dire à Domi, et Domi le vengera, non mais !!!

On ne barbouille pas RamboJonathan comme on veut !!

JPEG - 63.3 ko
JPEG - 69 ko

Morgane a également quelques traces de ce passage en balnéothérapie, mais elle a gardé son sourire …

La jungle et la montée difficile attendent maintenant nos coureurs, Inès et Gaspard vont se transformer en Jane et Tarzan !!

A vous de jouer les chéris, soyez prudents !!

Une averse tropicale nous tombe alors sur le coin du nez, cela n’a rien à voir avec une petite bruine légère, cette fois-ci, c’est une belle ondée avec de l’eau tiède qui déverse du ciel en colère …

Les sacs poubelles recouvrent nos sacs à dos pour les protéger, le parasol fait office de parapluie, et nous nous glissons tous dessous.

Sauf que nous protégeons avant tout nos jeunes aventuriers, et que l’on se retrouve rapidement trempés de chez trempés !!

JPEG - 61.3 ko

Nos maillots sont à tordre, et nous optons finalement pour la solution « Tahiti douche », vous voyez bien l’image là ??

Il ne manque que le gel douche parfum vanille, mais pour le reste, c’est tout comme dans la pub : nous nous retrouvons tous en petite tenue et savourons cette pluie qui nous lave de notre moiteur …

JPEG - 101.6 ko
JPEG - 136.3 ko

Nous tentons une chorégraphie de dansons sous la pluie, et cela fait sourire nos gamins !!

Comme toute averse tropicale, cela ne dure pas très longtemps, mais cela a suffi pour inonder notre campement.

Il y a de grosses flaques de cette boue rouge, la végétation est imbibée, l’eau est partout.

JPEG - 95.3 ko

Le temps passe lentement, nous sommes seuls au monde, comme abandonnés de la civilisation lointaine !!

Nous allons tout de même un peu explorer les environs, Angélique part faire quelques photos des bananeraies, Domi, Marie-Christine et moi tentons à tour de rôle une incursion dans la jungle, et comprenons vite ce que doivent vivre les coureurs.

La boue a transformé la monotrace en véritable patinoire !!

Tu fais trois pas, et hop, double pirouette pour se rétablir, Domi m’a dit d’aller 200 mètres plus loin, mais de toutes manières, je ne vais pas aller bien plus loin, je n’ai pas envie de me retrouver les quatre fers en l’air !!

Je savoure juste cet environnement exceptionnel, des arbres immenses dominent de toute leur hauteur, le ciel est caché par toute cette végétation, il fait sombre, les feuilles sont de taille incroyable, je me sens alors toute petite !!

JPEG - 111.9 ko
JPEG - 134.8 ko
JPEG - 94.8 ko

Je reviens au campement, nous ne savons plus trop que faire pour occuper nos jeunes, aucun coureur n’est en vue et cela nous inquiète…Même les meilleurs tardent à nous montrer leur foulée habituellement agile…

Jonathan s’exprime, il se languit comme il le dit avec son joli accent Marseillais, c’est bien la première fois du séjour qu’il nous dit cela, et nous nous sentons impuissants, Morgane essaie bien de le motiver, en sachant qu’elle s’ennuie certainement un peu aussi.

JPEG - 96.1 ko

Une heure se passe et toujours rien !!

Dans la montée, nous apercevons enfin les visages de concurrents, mais ce ne sont pas les premiers, enfin si, mais les premiers…abandons !!

Ils sont deux ou trois à nous expliquer que cette étape est vraiment très difficile, et ils préfèrent en garder sous la semelle pour la dernière étape.

Cela ne nous rassure pas pour nos joëlettes, nos coureurs, et surtout pour Inès et Gaspard, pourvu que tout aille bien là-haut, au dessus des cimes et des nuages...
JPEG - 176.8 ko

Les premiers arrivent enfin à notre niveau, ils ont mis plus de 2 h à faire cette portion, ce sont des coureurs de haut niveau, des poids plume, et ils ont mis tout ce temps !!!

Nous avons maintenant un repère en terme de chrono.

Le calcul est vite fait, on peut multiplier par 2 ou 3 le temps du premier coureur pour obtenir le prochain passage de la joëlette, il va nous falloir encore patienter quelques deux bonnes heures avant de les revoir !!!

Au fur et à mesure, des nouvelles de nos joëlettes nous sont données par des coureurs qui passent devant nous, et ils nous disent tous la même chose :

’On les a croisés, ils vont bien, mais ce serait normal qu’ils n’aillent pas au bout de la montée, c’est très dur, et ils risquent de mettre un temps fou !!"

Nous n’espérons plus qu’une chose : qu’ils rebroussent chemin pour revenir à nous, frais et souriants !! (pas propres, car vu l’état des autres participants, la gadoue a fait son boulot !!)

L’attente se fait interminable.

Morgane et Jonathan sont patients et sages comme des images, mais à leur visage, nous savons qu’ils n’en peuvent plus d’attendre à ne rien faire.

Au bout de 4 h de patience, les chants de notre première joëlette nous parviennent, ouf, les voici !!!

Je crois que nous n’avons jamais été aussi heureux de voir la troupe de Bichon, avec notre reine de la jungle Inès !!!

Ils ont pris la décision de ne pas aller au bout, et de rebrousser chemin, quelle belle idée, nous les remercions haut et fort.

Inès était fatiguée de cette montée interminable et de cette descente dans la boue glissante, comme on la comprend !!

La puce est une guerrière qui vient de vaincre un Everest !!

La seconde belle idée est de prendre notre Rambo-Jonathan dans la joëlette et de rebrousser chemin pour l’emmener jusque dans la jungle, afin qu’il vive lui aussi ces sensations uniques d’une forêt primaire.

Domi accompagne l’équipe et fait prendre un bain de boue à notre aventurier.

La balnéo étant faite, ils repartent allègrement vers le jardin d’eau, situé à quelques cinq kilomètres de là.

Nous apprenons que la seconde joëlette est certainement partie pour aller jusqu’en haut.

Cela veut dire qu’il nous faudrait encore attendre deux bonnes heures au même endroit avec Morgane....

Le bus n’est pas passé, mais la joëlette non plus.

La décision est prise d’un commun accord, nous demandons à Daniel de nous ramener au bivouac, nous y serons bien mieux pour accueillir Gaspard en héros !

Seules Angélique et Marie-Christine resteront sur place pour assurer les soins infirmiers auprès de nos coureurs si besoin est.

Nous reprenons le 4X4 avec Morgane, Inès et Domi, tandis que Jonathan franchira la ligne d’arrivée triomphalement, sous les hourras des autres concurrents !!

Pilou offre à Morgane un bien joli cadeau : des fleurs qu’il a fraîchement cueillies le long du retour, des oiseaux de paradis, des roses de porcelaine, rien n’est trop beau pour récompenser notre minette qui aura attendu patiemment son tour sans reprendre la joëlette.
JPEG - 109.6 ko

Morgane n’est pas du genre à s’apitoyer, elle est donc ravie de recevoir ce superbe bouquet, digne des plus belles arrivées !!

La joëlette et ses accompagnateurs partent directement à la rivière aux galets pour enlever l’excédent de boue, ce ne sera pas un luxe, car ils sont dans un bel état !!

Nous profitons d’avoir un peu de temps pour nous doucher, plier les tentes, et les ranger pour la DERNIERE fois dans leur housse !!!

Le bivouac c’est terminé, nous passons au grand luxe, ce soir, ce sera hôtel, lit, douche, baignoire, clim’, nous ne réalisons même pas quel bonheur ce sera....

Les barquettes du déjeuner sont servis et nous pique-niquons tous ensemble dans ce cadre superbe et verdoyant.

Alors que nous sommes repus, lavés, frais et dispos, nous entendons les encouragements des Guadarunners qui acclament Gaspard et ses compagnons d’étape.

Ils franchissent les derniers l’arche d’arrivée tant attendue et méritée !!!

7H30 de course pour cette étape de 24 km, cela laisse rêveur et laisse surtout imaginer la difficulté technique !!!

Gaspard a joué au Tarzan dans la jungle profonde, il est éreinté, mais fier et heureux.

Tous vont se doucher et manger, il n’y a pas de temps à perdre car le départ en bus est déjà annoncé, nous allons quitter Goyave et son magnifique jardin d’eau pour Saint-François et le Golf Hôtel.

Adieu les grenouilles et autres oiseaux de paradis, à nous le palace et les lits moelleux !!!

Nous quittons Basse-Terre pour Grande-Terre.

Jonathan a pris place dans le bus à côté de Domi.

Le chauffeur klaxonne, Jonathan sursaute, un peu surpris, mais il guette le « Tuuut » avec plaisir, tout comme il aimait le Pouêt du bateau.

Jonathan est un warrior !!

Le bus nous emmène à Saint-François par la route des plages de rêve, Sainte-Anne entre autres, bordée de palmiers donnant sur une mer azur....

Rien de bien nouveau en quelque sorte !!!

Attention, nous avons pris l’habitude de ne plus voir que des paysages de cartes postales, ceux des posters qui s’affichaient dans ma chambre d’ado, le retour à la réalité risque d’être terrible ....

Je ne veux même pas y penser.

Le bus pénètre dans l’enceinte du Golf Hôtel, des jolis bâtiments, un parc arboré, une piscine, des paillottes, le luxe !!!

JPEG - 96.7 ko

Les clés des chambres sont distribuées, avec télécommande pour la télévision et la clim’, la télé ??? Qu’est ce que c’est donc ????

Une semaine que nous avons déconnecté de la vie réelle, oublié le boulot, les élections, les conflits, il y aurait pu avoir un cataclysme dans le monde, nous n’en aurions rien su !

La chambre est parfaite, spacieuse, très propre, une terrasse donne sur les palmiers, la salle de bains paraît presque trop grande pour nous deux !!!

Pour la première fois depuis une semaine, nous retrouvons une chose que l’on avait oublié et mis de côté : l’intimité.

Finie la douche en maillot de bain, les toilettes à la sauvage, et le matelas qui se dégonfle, nous retrouvons nos réflexes d’hommes civilisés, mais à bien y réfléchir....

Qu’est-ce-que l’on a pu aimer cette vie de bohème et d’aventurier à dormir sur la plage. et se doucher sous les cocotiers... !!

Léger pincement au cœur, cela sent la fin de l’aventure humaine et sportive, demain ce sera la dernière étape, et après-demain dimanche....

Non, je ne veux pas, je veux encore et encore continuer cette vie de saltimbanque de la Guadarun !!

Morgane est plutôt ravie de retrouver le confort d’une chambre d’hôtel, et nous profitons pour lui donner un bain de princesse !! Mademoiselle barbote et se délasse ....

Il reste deux belles journées à profiter, alors savourons....

J’ai encore de belles pages à noircir pour vous raconter la suite.


Vos commentaires

  • Le 5 mai à 09:30par catherineGravatar

    je me delecte de ces magnifiques textes !! un vrai plaisir, j’en ai pleins de frissons et des larmes aux bords des yeux .... bravo a toi pour cette merveilleuse facon de nous transcrire toutes tes emotions et bravo a vous tous pour avoir fait un si beau parcours .... vivement la suite !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai à 16:28par florenceGravatar

    Bravo Sandrine et merci pour ces récits d’étapes que tu sais si bien relater. 
    Comme dit Gégé c’est un dessert qu’on prend plaisir à déguster , bien au calme en revoyant les images et les émotions de chaque instant. Et je peux te dire que ça fait du bien...

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai à 14:41par Gilles du nordGravatar

    Encore un super récit Sandrine et Domi ! Merci. Plus qu’une et après on pourra zouker !

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai à 11:11par GégéGravatar

    Encore un peu de dessert ?? Evidemment oui. 
    Cette étape a été vraiment la plus difficile. Sa lecture s’est montrée tout aussi palpitante que les précédentes. La respiration du lecteur était de plus en plus rapide, de plus en plus saccadée et il était temps que nos coureurs reviennent pour nous tranquilliser. Bon, ce soir nous allons dormir paisiblement à l’hôtel pour nous reposer de toutes ces émotions, mais j’ai déjà hâte de me réveiller pour lire la suite de nos aventures. 
    Et oui Sandrine et Domi. Dans ce si beau voyage, il y a les paysages, les enfants, les coureurs, et les lecteurs qui vous accompagnent . Alors dormez bien et à demain pour la suite car à l’idée du départ on a déjà les yeux qui piquent.

    Répondre à ce message

Etape n°4 - Terre de Haut (Les Saintes)

Guadarun 2012 - Gwada Lanta, l’épopée de nos héros
mercredi 2 mai 2012 par Sandrine

Après avoir découvert Terre de Bas lors de l’étape précédente, nous restons sur l’archipel des Saintes, cette baie a encore bien des secrets à nous livrer, et nous sommes bien décidés à ne pas en perdre une miette...

Suivez-nous, c’est parti pour Terre de Haut !!

Jeudi 12 avril

Après une longue nuit réparatrice pour les corps fatigués et les esprits embrumés, nous nous levons presque tard, il est 5 h 30 lorsque les réveils commencent à vibrer sur le bivouac de Pompière …

Pour une fois, nous avons un peu de temps, l’étape se fait à domicile, il n’y a donc pas de bus, pas d’avion, ni de bateau à prendre, juste nos pieds pour nous mener au petit déjeuner du centre UCPA…Le bonheur !!

Cela respire presque le jour férié !!

Les enfants sont préparés sans hâte, on peut se laver les dents sous le regard goguenard des coqs et des cabris, le remballage des tentes et pliage des matelas, sont devenus banalités.

La cohorte des coureurs, Dunes, enfants, accompagnateurs entame sa procession vers le divin petit déjeuner….

Il fait jour, nous découvrons le chemin et les paysages que nous ne connaissions que dans la version nocturne.

La baie de Marigot est un petit paradis tropical inondé de soleil, la mer a gardé ces tâches d’émeraude qui piquent les yeux, les petites rues sont bordées d’adorables maisonnettes fleuries et colorées...

JPEG - 115.9 ko
JPEG - 124.5 ko

Je sais, depuis le début, je n’arrête pas de vous bassiner avec ces vues de rêve, mais je n’y peux rien, en Guadeloupe, tout ressemble à une jolie toile de peintre, ils ont pris toutes les couleurs sur la palette et ont balancé ici et là toutes les teintes possibles…

Le tout est évidemment très harmonieux, et l’on y perd ses yeux !!

JPEG - 99.8 ko

C’est un havre de paix, il n’y pas une seule voiture à l’horizon, seul un scooter trouble à peine le calme ambiant.

L’UCPA vu de jour n’a plus rien à voir, la vue est à couper le souffle, et c’est devant ce spectacle que nous décidons d’avaler croissant et café !!

JPEG - 52.5 ko

Nous réalisons la chance que nous avons de boire un expresso devant cette baie magnifique !! What else ??? (clin d’œil à notre Georges des Dunes …)

L’heure est à la détente…

Mais la Guadarun a bien fait les choses en équilibrant les cycles, un coup on speede, ensuite on savoure, et vice et versa !!

Les doigts de pied en éventail, c’est bel et bien fini, il faut nous rendre vers le départ donné dans le centre-bourg des Saintes, nous quittons donc notre emplacement face à la mer, pour repartir vers le village.

La chaleur ne nous a pas quittés, elle doit se sentir à l’aise avec nous !!

Dès qu’il faut marcher, pousser le fauteuil des enfants dans les côtes, les grosses gouttes envahissent nos maillots … Transpirer et être humide du matin au soir est devenu une habitude !!

Après nos deux fatidiques kilomètres qui nous séparent de la ville, nous voici au complet proches du départ de la course.

Là, c’est tout moche, la mer est sale, les bâtiments sont remplis de graffitis, les bateaux sont des épaves, et ..et…mais non je taquine, vous voyez, je ne peux pas vous mentir ….

Pour vous donner une petite idée de la laideur du coin, voici une photo qui montre l’étendue du désastre !!

JPEG - 89.2 ko

Bref, nous décidons de ne pas rester ici, car la vision devient indécente.

Nous emmenons Morgane et Jonathan pour le relais de la course, choisissant un endroit à l’ombre, face au paquebot de croisière « Le club Med II ».

Maman Marie-Christine a un sac complet de mangues, qui fait, entre autres, le bonheur de notre Jonathan !!

Il faut le savoir, dorénavant, l’expression pour notre John, n’est plus avoir la pêche ou la patate, mais avoir la mangue …Dès qu’on le sent un peu faible ou endormi, hop, un bout de mangue et ça repart !!

La magie des fruits exotiques…

C’était votre pause fraîcheur.

JPEG - 89.4 ko

Pendant ce temps, nos coureurs des Dunes et nos deux jeunes découvrent le Fort Napoléon, d’où la vue, est, paraît-il, incroyable !! Nous imaginons Inès et Gaspard en empereurs de joëlettes, cheveux au vent, tirés par leurs chevaliers tout de jaune vêtus …

Nous n’avons pas à attendre très longtemps pour les revoir, car ils arrivent déjà pour effectuer le relais, nous laissons partir Morgane et Jonathan, pour reprendre avec nous Inès et Gaspard.

Ces derniers se sont régalés de leur balade, ils ont même croisé des iguanes et sont évidemment ravis de cette rencontre impromptue !!

Nous quittons notre aire ombragée, pour rejoindre l’arche d’arrivée très proche (vous vous rappelez, là où c’est super moche …).

Les premiers coureurs en tête de course, arrivent, et nous pouvons les encourager haut et fort !!

Les copines et copains en terminent tour à tour avec cette étape.

Inès et Gaspard, d’un seul regard complice, décident de franchir la ligne, seuls, sur leur fauteuil…

La hargne et la volonté sont affichés sur leur visage, ils se positionnent au dernier virage de la piste, poussent sur leurs bras, malgré les trous et les cailloux, ils roulent, forcent, et franchissent la ligne !!!

JPEG - 48 ko
JPEG - 155.2 ko

Cri de victoire, au delà de toute la différence.

Les joëlettes arrivent, elles aussi, au bout de cette étape. Morgane marche, soutenue par Bichon et Philippe, elle en veut, elle dévore cette arrivée de tout son sourire …

Jonathan, triomphant, heureux, franchit à son tour cette fameuse ligne de victoire !

JPEG - 153.7 ko
JPEG - 128.1 ko

Les autres coureurs et spectateurs assistent avec émotion à cette nouvelle arrivée des joëlettes, les yeux se mouillent...

Plus rien ne compte hormis ce groupe jaune qui éclate de bonheur !!

C’est la fin de cette 4e étape.

C’était la dernière sur ces petites îles, car nous partons ensuite pour la Guadeloupe, le continent !! (oui oui je sais, c’est un île aussi, mais c’est LA Guadeloupe !!)

Le repas étantt servi à l’UCPA, nous retournons donc pour la énième fois sur cette petite route qui grimpe vers notre restaurant.

Mais avant d’entamer la fameuse côte, Domi et moi faisons une halte dans la plus belle pharmacie du monde : celle des Saintes : baie vitrée donnant sur la plage et la mer émeraude, les pieds presque dans l’eau, et pour parfaire le tableau, un charmant pharmacien en bermuda, et ...chemise à fleurs !!!

Le top !!

Moi dans ma prochaine vie, je veux bien vendre de l’aspirine et de la crème solaire dans la pharmacie des Saintes !!

Bon, en attendant de reprendre mes études à la Sorbonne, toute notre petite colonie se rend donc au centre UCPA pour le déjeuner.

Jonathan profite de cette pause repas pour faire son plein de câlins, Natacha et moi ne serons pas de trop pour profiter de ses bras et de ses bisous qui claquent !!

Un amour ce John !!

JPEG - 71.5 ko

Je ne sais comment l’expliquer, mais ses câlins me bouleversent à chaque fois, il a cette façon de vous serrer fort, de vous embrasser, comme pour vous dire qu’il tient si fort à vous ….

Je vous l’ai déjà dit, je suis une sensible moi !!!

Et mon petit cœur ne résiste pas à tant d’amour donné aussi sincèrement.

Mais Jonathan n’en oublie pas pour autant l’heure …Il a sa montre, et il connaît les horaires par cœur de tous nos rendez-vous importants.

Il sait que nous devons embarquer pour la dernière fois à 15 h 00, il veut entendre le pouët du bateau, et il veut crier « Allez les gars, on y va !! »

Jonathan est métamorphosé.

JPEG - 75.3 ko

Une dernière baignade pour certains, une pause dans le transat, une sieste à l’ombre pour d’autres, et nous levons l’ancre pour retrouver l’embarcadère.

Le manège des valises reprend de plus belle, le bateau est prêt, les moteurs vrombissent, Jonathan ne sursaute plus, il sourit.

Nous quittons les Saintes, pour rejoindre Basse-Terre, nous regardons avec nostalgie cette île qui s’éloigne.

Nos jeunes sont bien installés, et Inès ne rate pas une occasion pour brancher Gaspard de ses futures épousailles....

JPEG - 67.7 ko

La traversée n’est pas longue, une demi-heure pour ravir notre capitaine à bord, la Guadeloupe est à portée de gouvernail !!

Nous débarquons à Trois rivières, où nous devons attendre un bus.

Il fait une chaleur de folie, il est difficile de trouver de l’ombre, nous favorisons nos jeunes pour qu’ils ne prennent pas un coup de chaud.

Heureusement, la Doudou créole va nous enchanter de ses sorbets coco, et de sa bonne humeur peu discrète !!

JPEG - 67.8 ko

Elle embauche notre Philippe du Ch’nord, pour mouliner le sorbet, et son rire envahit la rue et tout l’embarcadère !!

Si un jour, vous avez le cafard, courez voir la vidéo de notre Pierre caméraman, et écoutez en boucle le rire communicatif de cette dame adorable, vous verrez, l’effet est immédiat contre la déprime !!

Le bus est en vue, et nous nous installons dans la fraicheur de la clim’ (certains auront même droit à une douche improvisée !!)

Après quelques kilomètres de bitume, le bus se gare, une visite est prévue chez Germaine.

Vous allez me demander, c’est qui Germaine ??

Figurez-vous qu’elle fabrique la cassave …(pourtant elle ne se nomme pas Jocelyne Berouard la dame !!) Cassave, pas Kassav !!

Ne pas confondre zouk et farine…

Vous aimez la galette complète œuf/jambon/fromage ?

JPEG - 98.1 ko

Eh bien là, c’est la même chose, sauf que la galette est faite à base de manioc, car le domaine de Germaine, c’est la maniocrie !! (n’y voyez là aucun défaut non plus …)

Elle vous explique tous les bienfaits du manioc avec son accent créole, (ce qui fait partir dans un délire de fous rires, Inès et Gaspard), mais elle vous fait également déguster ses galettes cuites devant vous.

Sucrées ou salées, cela nous sert d’apéritif dînatoire, car la soirée est bien avancée et la nuit est même carrément tombée !!

Morgane est ravie de déguster ces galettes, son petit fichu sur la tête lui donne un air coquin, je crois que son papa aimera ce petit clin d’œil à ses origines Guadeloupéennes.
JPEG - 50.6 ko

Nous quittons cet endroit authentique, et repartons en bus vers Goyave et son jardin d’eau, lieu de notre nouveau bivouac.

La musique qui nous attend à la descente du bus est toute nouvelle, après le zouk de la désirade, les grillons de Marie-Galante, les coqs des Saintes, nous voici en plein concert de grenouilles !!

Elles doivent être des milliers pour faire un tel barouf !!!

Domi explique à Gaspard, que c’est la pleine période de séduction, et que le chant des messieurs crapauds tentent de séduire mesdemoiselles les grenouilles…

Gaspard est de nouveau hilare, il a peur d’assister à une orgie de batraciens sous sa toile de tente !!

JPEG - 72.4 ko

Par contre, l’endroit est à l’opposé de ce que l’on a connu jusque là, pas de sable, ni de plage, encore moins de palmiers.

Cela ressemble à un paradis végétal, une sorte de petite jungle condensée en quelques hectares, l’humidité très forte, comme si une bruine constante arrosait le sol, la végétation est verte foncée, les arbres sont géants, la chlorophylle ne doit pas manquer dans le coin …

JPEG - 119.2 ko
JPEG - 86.7 ko

Il règne un calme incroyable malgré la sonate des batraciens …

J’adore cet endroit, il ferait presque frais par l’humidité ambiante.

Chacun de nous organise sa nouvelle chambre dans cet endroit insolite.

Morgane s’installe dans la tente de Christelle, je la badigeonne d’anti-moustiques, car l’environnement est plutôt propice à leur prolifération ..

Tout le monde est fatigué de sa journée fort bien remplie !!

Un bon repas à l’abri des averses tropicales, et on entendrait presque une grenouille chanter ….

Le camp s’endort tranquillement avant une étape d’enfer : La montée vers la Soufrière ….


Vos commentaires

Etape n°3 - Les Saintes

Guadarun 2012 - Gwada Lanta, l’épopée de nos héros
mercredi 25 avril 2012 par Sandrine

Mais vous avez pris le même bateau que nous ?? Vous nous avez donc suivis....

Vous avez eu raison, l’aventure des Dunes continue pour la 3e étape, sur l’archipel des Saintes.

Retournons sur nos flots, et accostons !!!

Mercredi 11 avril

JPEG - 56.7 ko

Terre !! Terre !!

Euh terre de haut ou terre de bas Capitaine ??

Terre de haut moussaillon Jonathan !!

Le bateau n’a plus aucun secret pour notre Jonathan, il devient un véritable marin expérimenté, ne redoutant plus vagues et écume, il a le sourire accroché d’un vrai loup de mer !!

Nous approchons de la côte doucement, histoire de nous en mettre encore une fois plein les yeux...

La vue sur cette baie est enchanteresse, elle n’est pas la troisième baie au monde pour rien, classée après celle d’Along et celle de Rio, cela nous promet une très très belle découverte.

De loin, c’est déjà superbe, alors nous avons hâte de poser pied à terre pour en découvrir les paysages promis.

Terre de Haut

Une fois descendus du bateau, notre équipage de la Guadarun met en route la chaîne de débarquement des bagages, il fait encore très chaud, et nous bavons devant les jeunes vacanciers qui se jettent du ponton dans les eaux cristallines !!

Mais tout le monde se met au boulot, et devenus pros en la matière, le bateau est vidé en deux cents bras, trois cents mouvements !!

Les consignes sont ensuite claires, ceux qui ont des bagages à roulettes, ou des sacs à dos, les prennent avec eux pour faire le transfert à pied jusqu’au campement, les autres mettent leurs valises dans le camion prévu à cet effet.

Nous demandons à tout hasard si le bivouac est loin du quai de débarquement, quelques réponses fusent...A 800 mètres, à 1 km, à 2 km ...

Chacun est évasif, je prends donc mon gros sac sur le dos, le gros sac à roulettes de Morgane, Natacha pousse Morgane, et c’est parti pour le transfert pédestre !!

Le village est charmant, les petites boutiques colorées et animées nous font penser immédiatement à une station balnéaire touristique.

Il y a même une crêperie Bretonne, cela pourrait surprendre de trouver des galettes de sarrasin au pays des accras ou boudins créoles, mais ceci s’explique facilement : les Saintes sont peuplées principalement de descendants de colons venus de l’ouest de la France, dont évidemment la Bretagne, l’océan a relié Brest à Terre de Haut !!

Notre colonie de fourmis envahit la route, nous sommes partout, tels des gens en exode sous les Tropiques.

Il fait super méga chaud, et la route commence à monter....

Les sacs pèsent de plus en plus lourd, pourtant je suis certaine de ne pas avoir pris la triplette de pétanque dans mes affaires !!

Ok, on a demandé la distance, on a oublié de se faire préciser le dénivelé !!

Ca grimpe encore et encore, ceux qui poussent les fauteuils sont arc-boutés, moi je suis courbée avec mes kilos sur le dos, je transpire à grosses gouttes !!

C’est un chemin de croix ou bien ???

Il fait soif, il fait chaud, je ferais bien une pause glacée moi !!

Gilles me soulage du sac de Morgane, je n’ai plus que le mien à supporter, cela va déjà mieux !!

Nous ne voyons pas le bout du chemin, ça grimpe, ça redescend, ça remonte, les 2 km doivent y être...

On est Guadarunners ou on ne l’est pas, mais si j’avais su...J’aurais venue quand même !!

La plage de Pompière est enfin là.

Je n’ai jamais été aussi heureuse de balancer mon sac à dos, que sur l’herbage prévu ici pour notre bivouac !!

Nous pouvons maintenant savourer le panorama qui s’offre à nous pour 2 jours. Une anse abritée, des cocotiers, du sable fin, c’est reparti pour le paradisiaque, et le pire est qu’on ne s’en lasse pas !!
JPEG - 116.6 ko
JPEG - 130.4 ko
Il y a juste une nouveauté par rapport aux autres bivouacs, nous avons des compagnons inattendus : des chèvres en liberté, des poules, des coqs, une mini-ferme rien que pour nous.

J’aimerais aussi me retrouver devant l’animal emblématique des Saintes : l’iguane. Il paraît que ça grouille, il y en a partout, ça cavale sur la plage, ça dort dans les arbres, je me mets donc à guetter tout ce qui pourrait ressembler de près ou de loin à ce reptile herbivore.

Grégory me promet que j’en verrai au moins un, il a déjà repéré un trou d’iguane !!

Nos jeunes sont installés face à la baie, ils refont le monde en fiers Robinsons qu’ils sont devenus...

JPEG - 85 ko
JPEG - 63.6 ko
JPEG - 70.2 ko
JPEG - 61.9 ko

Nous visitons les lieux de notre nouvel hôtel de luxe, ici, 4 douches de plage... A la dure comme à la Guadarun !!

Daniel, notre gentil organisateur part donc se renseigner afin que l’on ait des chambres à l’UCPA pour leur confort et leur hygiène.

A notre grande surprise, nos champions restent des baroudeurs, leur choix est vite fait, ils préfèrent le bivouac et les conditions sommaires de confort !!!

Ils refusent la chambre pour dormir sous la tente, ils sont vraiment phénoménaux nos gamins !!

Nous sommes supers fiers de ce qu’ils sont en train de devenir : de véritables aventuriers dignes de Koh Lanta.

Les tentes installées, Natacha et moi douchons notre Morgane, elle ne nous déteste plus, elle se marre et garde son sourire qui accentue sa jolie fossette.

La princesse étant prête, nous pouvons nous préparer, le repas nous attend au centre UCPA des Saintes, il va falloir encore marcher un bon kilomètre pour mériter le diner.

La balade est sympa, de jolies maisons colorées jalonnent le parcours, des petits bateaux sont ancrés le long de la plage, il fait presque nuit, mais nous devinons un paysage fort sympathique.

Le diner est parfait, avec buffet de crudités, choix de viande, riz, pastèque, melons, tout le monde se régale, et les tablées respirent la bonne humeur.

La fatigue se fait toutefois sentir, et un par un, les coureurs vont rejoindre le bivouac.

Avant de partir, nous prenons d’assaut les WC de l’UCPA pour vider les vessies, (et plus si affinités), afin d’éviter un ennui technique au campement.

La nuit est bien entamée, et nous partons nous coucher sous les étoiles des Saintes.

Je dors encore avec Morgane, gros câlin avant de se souhaiter une belle nuit, et pour la première fois, je vais dormir correctement, j’ai l’impression qu’il fait plus frais, et mes yeux se ferment facilement.

Seul le chant des coqs trouble la nuit calme. Il faut le savoir, le coq des Saintes n’a pas d’heure pour cocoricoter !!

Minette me réveille dans la nuit pour savoir quelle heure il peut être, mais je la rassure en lui expliquant que ce n’est en tous cas pas l’heure de se lever.

4 H 30 - Réveil pour tout le monde, j’émerge plus facilement, Morgane n’a pas de mal à ouvrir les yeux, elle subit encore un peu le décalage horaire et est en pleine forme.

Je rejoins Natacha et Morgane pour nous préparer, ce matin, pas de petit déjeuner immédiat, nous allons prendre le bateau à 5 H 30 pour rejoindre Terre de Bas.

Notre colonie rejoint donc le quai d’embarquement au petit jour, les premières lueurs rosées du matin ajoutent cette magie aux paysages environnants.

Jonathan est pressé de prendre le bateau, il a même peur qu’on le rate, il sourit notre moussaillon, il oublie la fatigue et n’a qu’une hâte, embarquer !!

Inès et Gaspard sont déjà dans leurs fous rires complices, ces deux là font la paire et ne se quittent plus....Seule notre Miss Aude a le droit de perturber cette connivence !!

La traversée est rapide, une dizaine de minutes nous suffisent pour nous rendre sur l’autre île.

Terre de bas

La petite route qui mène à notre petit déjeuner est bien agréable, nous découvrons les maisons coquettes et bigarrées, aux jardins fleuris, les façades sont une véritable palette de couleurs très variées, vert pomme, bleu azur, orange pétant, pas d’austérité ici, la couleur est à l’honneur.

JPEG - 134.2 ko
JPEG - 91.2 ko

Nous parvenons au restaurant « Les Maracudjs », l’exotisme et le dépaysement sont au rendez-vous : Chalet de bois, végétation luxuriante, cases et tipis, le petit déjeuner va avoir une nouvelle saveur.

Distribution de pain, de confiture maison, de café ou de chocolat, de jus de goyave, c’est l’orgie !! Les estomacs sont repus, et les mines réjouies.

Aude, notre Miss, a sorti la méga-palette de maquillage, et s’apprête à se faire encore plus belle qu’elle ne l’est déjà...

Comme il nous reste un peu de temps avant le départ, elle accepte avec plaisir de s’occuper de nos mini-miss Inès et Morgane

C’est à grands coups d’eye-liner pailleté, de blush, de rouge à lèvres qu’elle transforme nos minettes en véritables stars de joëlettes !!

Gaspard et Jonathan observent cette métamorphose, ils ne sont pas jaloux , mais presque !!

Le résultat est étonnant, elles sont belles comme des cœurs, sans être fardées comme des pots de peinture, c’est un art le maquillage professionnel...

JPEG - 52.9 ko
JPEG - 57.9 ko

Odile, Marie-Christine, Natacha, et moi-même décidons de ne pas être en reste...

Les vieilles aussi ont droit à une petite beauté, non mais !!

Aude ne sourcille même pas à l’idée de s’occuper de nous, et c’est parti pour un maquillage à la chaîne.

Le coup d’éclat est immédiat, nous avons choisi le jaune-orangé aux couleurs des Dunes, pour briller de mille feux, Odile et Natacha vont certainement courir plus vite pour échapper à la foule en délire ...

Marie-Christine n’aura guère le temps de peaufiner son maquillage, car le départ va être donné et nous devons préparer nos affaires pour nous rendre au relais.

8 h 30 - C’est parti pour un tour complet de l’île et 15 km de course.

Les jaunes s’éloignent de nous, nous décidons avec notre petit groupe d’inséparables (Angélique, Marie-Christine, Natacha, Domi et moi) , d’emmener Inès et Gaspard sur les hauteurs, afin d’admirer la vue sur la baie des Saintes.

JPEG - 78.1 ko
Le panorama est hallucinant, cette baie est un petit bijou entouré d’une mer émeraude.

Le timing ne nous permet pas de rester en pâmoison devant ce poster, il nous faut aller au relais pour l’échange de nos petits équipiers.

Nous nous postons à l’ombre, et retrouvons Aude et d’autres bénévoles de la course.

Les premiers coureurs déboulent à toute vitesse dans la descente, nous n’avons qu’à peine le temps d’ouvrir la bouche pour les encourager, qu’ils ont déjà bifurqué vers la seconde partie du parcours.

Inès est interviewée par la radio, Radio Guadeloupe International, une star on vous dit !! Le maquillage y est pour quelque chose, forcément !!

Les joëlettes arrivent tour à tour, nous échangeons Inès et Gaspard, pour reprendre avec nous Morgane et Jonathan.

Nous quittons la route pour repartir vers l’arrivée sur la plage de Grande Anse.

Je ne vous décrirai pas ce nouveau paysage, de peur que vous me détestiez de toute cette débauche d’images paradisiaques !!

Allez juste une petite photo...Non, ne pleurez pas, vous y viendrez un jour ...Morgane et Jonathan sont à l’ombre sous la paillotte, nous les récompensons d’une glace à l’eau qui les fait succomber de bonheur !!!

Ce sera citron vert pour Jonathan et chocolat pour Morgane, ils se régalent et font plaisir à voir.

JPEG - 75.6 ko
JPEG - 69.9 ko
Jonathan me fait alors un câlin énorme pour nous remercier, il me serre fort dans ses bras, me fait des bisous qui claquent, et me dit des mots adorables, mon cœur chavire, je ne résiste pas à tant d’amour offert !!

Les concurrents arrivent sur cette plage de rêve, je suis ravie de pouvoir accueillir et féliciter mes copines coureuses, Laetitia, Ninie, Yannick, Michelle, elles forment une belle équipe de Guadarunneuses !!

Le temps passe finalement vite jusqu’à l’arrivée de nos petits jaunes.

Les joëlettes passent l’arche sous les hourras du public nombreux, Inès avance debout sur ses jambes, aidée de Odile et Natacha, pas à pas, elle est ovationnée et donne encore ces frissons d’émotions...

Gaspard descend à son tour de son carrosse, soutenu par ses équipiers de choc, il est adulé, nous chantons, nous crions et les flashs crépitent !!

Tous les Guadarunners en ont terminé pour cette étape, l’heure a sonné de déjeuner aux « Maracudjs », le poisson/riz est délicieux, tout comme la glace coco en dessert...

Le jardin et les espaces sont envahis par les tee-shirts, les maillots les chaussettes, ou les serviettes qui sèchent au soleil.

Jonathan nous rappelle qu’on ne doit pas rater le bateau de 16 h 00,

« Ho les gars, on y va ??? » « Hey Domi, faut y aller là !! »

Pas question de désobéir à notre capitaine de navire !!

JPEG - 57.8 ko

Nous redescendons vers le quai d’embarquement, pour revenir sur Terre de Haut.

Jonathan est aux taquets, il est chaud-bouillant pour aller naviguer, son sourire suffit à comprendre que le bateau est devenu pour lui une simple formalité !!

10 petites minutes nous ramènent vers notre île de campement, Terre de Haut.

Ce sera la séance shopping pour tout le monde, cartes postales, souvenirs, fichus en madras...

Les référents de Jonathan, Olivier, Gilles Philippe et Pierre, profitent des boutiques pour lui acheter la montre dont il rêvait... Il pourra désormais guetter l’heure et rappeler à l’ordre ses ouailles pour ne pas rater le bus ou le bateau !!

Une pause bière s’improvise sur le ponton, face à l’une des plus jolies baies du monde.

Le soleil se couche

Nous retournons sur la plage de Pompière, notre bivouac n’a pas bougé, les cabris n’ont pas squatté nos tentes.

En tous cas, je n’ai pas encore croisé un seul iguane en balade !!

Après les douches indispensables, chacun se prépare pour le repas du soir, le diner a lieu, comme la veille, au centre UCPA.

La nuit sera tranquille et réparatrice.

Demain est encore un autre jour, une autre étape, une autre découverte ...

Fermez les yeux, soyez en forme pour la suite à venir !!!


Vos commentaires

  • Le 28 avril à 10:47par ValéryGravatar

    Décu => la 4ème étape n’est pas -encore- en ligne ! 
    Les anecdotes sont croustillantes : c’est du vécu, du bon vécu, du bien vécu ! 
    Merci Taz !

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril à 09:37par GégéGravatar

    Merci Sandrine. 
    Depuis le départ de ce Guadarun, il n’est plus un jour ou je ne sois venu me resourcer sur le site. Un petit moment de blues et hop !!! Lecture goulue des carnets de routes, visionnage de ces photos toutes plus belles les unes que les autres, sourires devant des vidéos qui font picoter les yeux, relecture des carnets pour être certain de n’avoir absolument rien raté. Vivre par procuration l’extraordinaire tranche de vie que vous avez partagé, si bien rapportée dans tes écrits, est un moment merveilleux. Déjà une évidence, tes lecteurs attendent l’étape N°4 des aventures de nos 4 baroudeurs et de ta rencontre avec les Iguanes.

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril à 21:57par Gilles le chtiGravatar

    Merci encore pour ce récit.j’ai entendu à la radio qu’une plage des saintes était contaminée,c’est toi ?! 
    J’y avais planté ma tente sur un terrain un peu en pente et j’ai du « remonter » Jonathan 10 fois dans la nuit ! 
    « ça se barre » disait-il en parlant de son oreiller.puis les cocqs...de retour à la grisaille,je payerais cher pour un tel bivouac !

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril à 20:05par patricia poireyGravatar

    bonjour a vous Sandrine et Domi

    encore de belles images et de superbes textes on ne s’en lasse pas. on pourrait presque croire qu’on était la bas avec vous. gros bisous.

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril à 20:02par yannickGravatar

    Cette étape était belle et technique, mais récup. pour la suivante ultra pentue !!!!

    Répondre à ce message

Etape n°2 - Marie-Galante

Guadarun 2012 - Gwada Lanta, l’épopée de nos héros
mardi 24 avril 2012 par Sandrine

La Désirade s’éloigne au gré des vagues.

Nous avons quitté cette belle île en mer, pour nous rendre sur Marie-Galante...

Vous c’est l’eau c’est l’eau Qui vous sépare Et vous laisse à part...

Mardi 10 avril 2012

Toute la petite troupe des jaunes, des coureurs, et organisateurs a pris place dans le bateau.

Jonathan ne panique plus, il observe cette nouvelle embarcation en suggérant à Olivier « qu’il est pourri ce bateau !! » en notant l’absence de peinture sur certains endroits ...

Jonathan se transforme.

La traversée est cette fois-ci tout à fait calme, pourtant, (et je ne citerai personne), certains deviennent d’un étrange jaune/verdâtre ...

Nous avons placé tous les enfants à l’ombre, car le soleil cogne et il fait très très chaud !!

A peine une heure plus tard, nous approchons des côtes de Marie-Galante.

Le spectacle est exceptionnel : une eau turquoise et limpide, une baie de cocotiers, des dizaines de petits bateaux ancrés, qui n’ondulent même pas, tant cette mer est calme !!

Nous pourrions croire que nous avons navigué sur une piscine tant l’eau est transparente !!

Je crois que l’on s’approche vraiment du « paradisiaque ».

Nous débarquons en ne perdant pas une miette de ce panorama inouï !!

Et la suite n’est que magie...

Le Skipper, restaurant à la façade aussi bleue que l’océan, situé en bord de plage nous attend pour le déjeuner. La vue offerte lorsque nous arrivons nous stupéfait, la mer des Caraïbes au premier plan, le sable blanc, c’est juste le rêve éveillé !!

JPEG - 84.6 ko

Peu de nous résistent à l’appel de ce turquoise qui pique les yeux, nous courons goûter cette eau à peine fraîche...

Les enfants sont installés au premier rang pour le repas, eux aussi profitent de l’instant.

Le déjeuner se passe à merveille, les yeux rivés sur ce paysage unique. Domi profite de cette pause pour boire sa première bière du séjour.

JPEG - 66.6 ko
JPEG - 53.1 ko

Le timing étant serré, nous devons retourner au bateau pour débarquer les bagages, et prendre le bus qui nous amène à notre prochain bivouac : Capesterre.

La route n’est pas longue, et nous arrivons vite à destination.

Les plages de Marie-Galante sont un défilé de cartes postales, on ne sait plus où poser les yeux, le camaïeu passe du turquoise à l’émeraude, pour virer à l’azur...

Nous allons être obligés de bivouaquer sur cette plage idyllique, c’est dingue ça !! Je ne comprends pas cette obstination des organisateurs à nous faire vivre des choses aussi désagréables !!
JPEG - 105.2 ko

La distribution des tentes est faite, ne reste plus qu’à installer notre suite royale.

Ce soir je dors avec ma princesse Morgane, il faut donc que je prépare son nid douillet.

Ayant quelques heures de liberté, nous décidons avec Natacha, de doucher notre petite protégée.

Nous allons découvrir à grands fous rires, les nouvelles douches luxueuses : on nous explique qu’il faut entrer dans le stade, se diriger vers les anciens vestiaires (bon, petit détail, les murs se sont écroulés, et les douches sont une nouvelle fois ...à l’extérieur !!).

Mais la surprise est à l’arrivée...

La Désirade c’était presque du grand confort à côté de ce que nous découvrons ...

Il faut patauger dans une eau pas trop claire, pour parvenir au pommeau de douche, deux trois caissettes de bois vite mis par terre font office de caillebottis...

Nous sommes toutes les trois mortes de rires, et la douche va rester un grand moment inoubliable !!

Le fauteuil n’étant pas amphibie, il va falloir manœuvrer pour éviter l’enlisement, puis aider Morgane à accéder jusque sous le jet !!Les jets d’eau partent dans tous les sens, nous sommes trempées, sans avoir encore pris notre douche !

Nous profitons tout de même du spectacle que les garçons nous offrent, version dieux du stade...de Marie-Galante !!

La censure ne m’autorisant pas à publier certaines de ces photos de virilité, vous comprendrez que vous n’en verrez que le strict minimum.

Nous n’oublions cependant pas notre objectif premier : doucher Morgane.

Nous la positionnons sous le jet, elle hurle qu’elle nous déteste en pouffant de rire, mais nous ne capitulons pas, Morgane est savonnée, rincée, non mais !!

Cette douche restera certainement la plus drôle que l’on ait vécue durant cette semaine !

Séchées et rhabillées, notre trio de choc reprend le chemin du campement...

Il y a bataille autour de la dame qui vend du sorbet coco, Jonathan attend son rafraichissement avec Gilles et Olivier, une bonne petite glace sous les palmiers, ce serait top...

Mais nous arrivons trop tard, et la cuve est vide.

Domi et moi décidons d’aller dans le village pour offrir les sorbets à nos jeunes.

Nous revenons les mains pleines de sorbets qui fondent à vue d’œil dans leur gobelet, je demande à Aude d’aller donner celui de Gaspard, je me charge de ceux de Inès et Morgane.

Gaspard est évidemment ravie que sa belle lui offre avec délicatesse ce sorbet coco...

Le soleil se couche dans une jolie lumière rosée, les palmiers s’inclinent devant tant de beauté.

Le repas est annoncé dans la salle commune, un petit briefing est fait par notre Guy national, et les fourchettes s’en donnent à cœur joie autour du... poulet/riz !!

La journée a été bien remplie, il va faire bon à dormir un peu... Ici pas de musique, juste le bruit des vagues et du vent dans les cocotiers...

Morgane prend place dans la tente, je la suis de près. Je laisse un peu ouvert la toile, mais elle n’aime pas trop par peur des insectes ou autres bêtes qui pourraient rentrer et nous rendre visite.

Alors je referme. Je laisse la moustiquaire de façon à ce que l’air pénètre un peu, sinon je crois que je vais mourir !!!

Gros câlin pour se souhaiter bonne nuit, et extinction des feux, de la frontale.

Si vous n’avez jamais dormi dans un sauna, moi si ... !!

Je n’ai pas fermé l’œil de cette courte nuit, je dégouline, je transpire, je sue à grosses gouttes, il doit faire 25° dans la tente !!

J’ai soif, mais je n’ai plus d’eau, et je n’ose pas sortir, car Minette dort à poings fermés, et c’est le principal.

De toutes manières, le réveil de 4 h est en marche, il nous faut nous lever, plier les tentes, ranger le bivouac, le petit déjeuner étant fixé à ...5h30 !!

Je vous jure, c’est pas une vie d’être Guadarunner !

Le départ de la course, et donc de nos premières joëlettes, est prévu à 7h00.

Nous laissons Jonathan et Gaspard partir, et gardons Morgane et Inès avec nous.

En attendant notre prochain 4x4 pour nous emmener au relais, nous dégustons quelques bâtons de canne à sucre, fraichement préparés par maman Christiane et destinés au ravitaillement des coureurs.

JPEG - 72.7 ko
JPEG - 74.1 ko

Un tour à pied au petit port voisin, et notre véhicule est annoncé, nous pouvons rejoindre le ravitaillement de la mi-parcours.

Installés dans le pick-up et dans la voiture, nous empruntons une route, puis une piste peu carrossable pour accéder au ravito.

L’endroit est quasi-désertique, les broussailles et herbes sèches ont remplacé la verdure, des vaches un peu maigres (c’est la crise messieurs dames..) paissent ici et là.

Nous choisissons un endroit à l’ombre pour installer les enfants dans leur fauteuil. La chaleur est encore élevée, et il n’est pas question de devoir gérer une insolation ou un coup de chaud.

Morgane nous demande pour aller faire son pipi, Natacha et moi l’emmenons à l’écart, mais nous nous retrouvons vite entourées de ces bovins peu farouches !!

La situation fait sourire Morgane, elle n’aura pas beaucoup l’occasion de se retrouver dehors, observée par un troupeau alors qu’elle vide sa vessie !

JPEG - 56.9 ko

La tête de course arrive, très belle allure, poursuivis par les vaches, l’image est insolite !! Ils prennent à peine le temps de se mouiller, de boire une gorgée qu’ils disparaissent déjà de notre vue.

Nous enduisons Morgane et Inès de crème solaire, nous les hydratons, elles supportent l’attente, et gardent leur sourire, elles sont trop fortes nos championnes !!

Nous savons que nous avons du temps à attendre notre première joëlette, une idée lumineuse nous vient alors, on devrait écrire une chanson, dédiée à cette aventure, aux coureurs, aux organisateurs et, évidemment à nos Dunes d’espoir !!

Il faut trouver la chanson à détourner, l’hésitation se fait entre « les ricochets », chanson récente, mais peut-être pas assez connue de tous pour un refrain repris en chœur...

La balance penche pour celle des restos du coeur, c’est une chanson généreuse, pleine d’humanisme, et tournée vers les autres, cela convient parfaitement à notre envie de chanter notre bonheur d’être là.

Tout le monde se met à bosser consciencieusement, Inès nous époustoufle par ses trouvailles de couplets, Morgane se creuse la tête aussi, chacun émet une idée, une phrase, un mot...

Nous encourageons tout de même les coureuses et coureurs qui passent devant nous, mais la concentration reste de mise.

Un tube est en train de naître !!

Je vous en livre le premier couplet, si vous êtes sages, vous aurez droit à la chanson entière, soyez patients ...

"Aujourd’hui, on n’a plus le choix, il faut courir, aller tout droit, dépasser le chacun pour soi, je pense à toi, je pense à moi, je te promets pas la victoire, mais juste du jaune et de l’espoir, un peu de rhum et de chaleur, sur les 6 îles de la Guadarun ..."

Voilà, vous y êtes, vous chantez j’espère ???

En plein boulot de compositeurs, nous sommes presque surpris par l’arrivée de nos joëlettes !!Nous reprenons rapidement nos esprits pour le relais, et faire le changement entre Inès et Jonathan, puis entre Morgane et Gaspard.

Domi a le privilège de prendre dans ses bras tous nos héros, il faut faire attention à nos petits protégés, ne pas perdre de temps pour les installer, les sangler, et les laisser repartir vers leurs nouveaux horizons de course.

JPEG - 115.5 ko
JPEG - 98.4 ko

Les relais étant effectués, nous pouvons redescendre en 4x4 vers l’arrivée, Jonathan ne voit plus que par cette nouvelle occasion de monter dans son véhicule préféré...

Mais ce n’est pas Joël au volant, c’est Patrice, et nous n’aurons pas trop le temps de faire sa connaissance.

Domi et moi montons dans des véhicules séparés, je me retrouve avec la charmante équipe d’organisation de la course, Gwen, monsieur l’ostéo, j’en profite pour les remercier de tout ce qu’ils font sur cette Guadarun...

Nous doublons Sabrina, une des dernières concurrentes au mental d’acier, puis nous parvenons au niveau de notre joëlette, ils sont dans une belle côte mais ont un bon rythme, nous hurlons nos encouragements au travers de la portière !

Encore une belle ligne droite, et nous nous garons pas loin de l’arrivée, mais à peine avons nous le temps de descendre Gaspard et Jonathan de voiture, que la première joëlette conduite par Morgane franchit au loin cette arche face à la mer turquoise...

Nous sommes arrivés trop tard pour assister à cette arrivée, mais Morgane a l’air ravie de cette escapade en jaune.
JPEG - 75.2 ko

Ils ont chaud, ils ont un peu cuit, mais ils sont heureux de cette étape, et l’arche étant à 50 m de la mer, leur récompense est immédiate : un bain rafraichissant dans l’eau translucide, le BONHEUR !!!

Nous attendons ensuite la seconde joëlette menée par notre jolie Inès...

Ils arrivent tous sous les hourras du public, Inès descend de la joëlette, elle fait les derniers mètres sur ses jambes, c’est toujours un grand moment d’émotion de voir la force et la volonté de ces jeunes...

l n’y a plus de fauteuil, plus de handicap, juste une jeune fille qui marche sur le sable blanc, soutenue par ses amis, et qui franchit une ligne d’arrivée, elle n’est alors plus qu’une superbe sportive aguerrie
JPEG - 74.6 ko

Je ne sais pas si je me lasserai un jour de ce sentiment si fort qui nous étreint à cet instant même !! Vous savez, cette boule dans la gorge qui serre, et qui provoque une montée de moucherons vers les yeux ....

Je sais, je suis une sensible et j’assume !!

Toutes ces émotions méritant salaire, c’est au skipper que cela va se jouer...

Nous jetons un dernier regard vers ce panorama de rêve...

Les bagages sont tous dans le bus, nous n’avons plus qu’à nous rendre de nouveau dans ce restaurant où la vue pique les yeux !!

Le repas servi est de nouveau excellent, et maman Christiane nous offre en dessert des mangues fraîches. Petite leçon locale pour déguster ce fruit juteux, n’y voyez rien de suggestif ...quoique...

Prenez la mangue dans vos mains, palpez la, caressez la, malaxez la, il faut la rendre molle... Ensuite, il suffit de faire un petit trou, d’approcher sa bouche, et d’en avaler le jus qui vous coule dans la bouche ... !!

C’est bon ça !!

Allez la gourmandise ne fait pas tout, il nous faut retourner au bateau pour changer encore une fois d’île.

Nous devenons des pros de l’embarquement et du débarquement, plus la semaine avance, plus l’organisation se fait rapide et efficace.

Les moteurs vrombissent, le bateau s’écarte du quai, nous prenons la direction des Saintes.

Allez, vous nous suivez ???


Vos commentaires

  • Le 28 avril à 10:42par ValéryGravatar

    Rhaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah lovely ! Toujours aussi bon de se replonger (sic !) dans cette athmosphère dunesque si bien évoquée et commentée = >go for the next etap

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril à 20:51par Pierrot le marseillaisGravatar

    Salut Sandrine, pourquoi n’ai je pas tout laissé tomber plus tôt pour lire tous tes récits ? LA vie qui roule trop vite ? La petite boule dans la gorge d’avoir peur de lire des souvenirs que je n’ai pu partager avec vous cette année ? Peut être un peu de tout . 
    MAis que c’est beau et émouvant ce regard neuf , ces mots , ces émotions ces clins d’oeil. TOn récit est très juste et très fin sur les sentiments , les progressions de chacun dans ce voyage initiatique. 
    La course n’est que la toile du tableau, l’amour, l’empathie des uns pour les autres c’est la magie de la fresque. 
    MErci merci , c’est dur à dire mais je suis tellement heureux de ne pas m’être trompé sur la capacité à Jonathan de tirer le meilleur de cette aventure. On le sait ces jeunes ont une vie si dure et si rude que cette étincelle de bonheur ne pouvait que lui être offerte . Il a ouvert son coeur et l’adversité de cette épreuve a surement contribué à son épanouissement. 
    Je m’explique : un raid tout cool en hotel , sans tente , sans bateau, sans étapes éprouvantes, sans douches froides ne l’aurait pas autant boulerversé et transformé. 
    On se connait Sandrine et Domi, je veux vraiment vous remercier de l’amour que vous lui avez offert. Vous faites partie d’un tournant dans sa vie. 
    Sincères embrassades marseillaises Pierre

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril à 12:14par GégéGravatar

    Sacrée Sandrine. Ceux qui ont suivi au jour le jour vos explois sur internet ne peuvent que se régaler à la lecture de tes carnets de voyages. Tes écrits en retracent fidèlement les détails. Outre la beauté des paysages si bien décrite qu’il suffit de fermer les yeux pour la voir, on ressent surtout au fil de cette lecture, l’amour qui est porté aux enfants, tant par leurs accompagnateurs/coureurs/protecteurs/ que par vos hotes guadeloupéens dont les qualités d’hospitalités ne sont plus à prouver. Ce Guadarun 2012 te laissera des souvenirs indélébiles, la beauté des paysages traversés ? certainement, l’aventure humaine ? une certitude absolue. Après avoir lu et relu tes 2 premiers épisodes, on attend tous le 3eme avec beaucoup d’impatience. Alors vite, au travail

    Répondre à ce message

  • Le 23 avril à 14:51par TATA LINDAGravatar

    HEY !!!! 
    J’ai lu l’épisode 1, je viens de boucler le 2 !!!!! c’est ENORME !!!!!! pire que les lettres que j’écrivais à ma mère lorsque j’étais en colo, franchement, ma Sandrine je kiffe ta façon simple et poignante d’écrire !!!! 
    Bravo pour la chanson sur les restau du coeur, paske de toute façon, en effet, moi les ricochet..connais pas !!! et j’ai donc hate de connaitre la suite !!! 
    C’est énorme ce que vous avez vécu, tous..d’autant, que l’histoire du paysage qui pique les yeux, je le connais très bien, j’y étais et même au skipeur du bord de mer..« pas pwessé, j’awive !! » sauf que moi j’étais « juste » en vacances !!!! 
    et vous, c’est plus que des vacances, c’est le bonheur tropical..., j’ai vraiment eu des frissons, lorsque tu décrits le passage où vous attendez l’arrivée de la joelette..(entre autre) ....et pourtant, la chaleur, la tension, les manques de sommeil, la pression de bien faire, la nuit passée dans un sauna/hamam etc...Malgré tout ça, vous ne lâchez rien de rien, c’est un truc de malade !!! JE VOUS KIFFFFEEEE !!! 
    vivement la suite.....

    ps : dis vous avez gouté aux tourmants d’amour sur les saintes ??

    bisous

    Linda

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 21:22par weiss josianeGravatar

    magnifique ,que du bonheur,ils ont de la chance ces jeunes de vous avoir

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 19:36par brunoGravatar

    Rhhhah les moucherons !! fermes la moustiquaire, pas de mots......

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 17:09par BEAGravatar

    Merci, vivement la suite !

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 14:22par patricia poireyGravatar

    bonjour Sandrine et Domi

    encore de merveilleux textes et de belles images. encore merci pour nos enfants

    je vous embrasse tous les deux

    Patricia

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 14:22par Gilles du nordGravatar

    Merci de nous faire revivre ces moments ! J’ai une joelette qui s’ennuit dans mon garage,j’irai bien la promener sur la plage...Qui est partant ? 
    On attend la suite !

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 13:42par YannGravatar

    Merci Sandrine.........

    Répondre à ce message

 

Etape n° 1 - Paris / La Désirade

Guadarun 2012 - Gwada Lanta, l’épopée de nos héros
jeudi 19 avril 2012 par Sandrine

Nous en parlions depuis des mois, nous en rêvions.

Notre inscription officielle pour participer à la Guadarun avec les Dunes d’espoir était validée, nous n’avions plus qu’à patienter pour découvrir cette course hors normes de la Guadeloupe : 6 étapes au travers de 6 îles paradisiaques...

Une semaine complète où Domi et moi allons être accompagnateurs, devenir en sorte des deuxièmes papas ou mamans pour 4 jeunes à la mobilité réduite.

Domi sera le référent de Gaspard, moi la référente de Morgane...

Nous espérons surtout être à la hauteur de ces rôles si importants.

JPEG

Pour ceux qui ne connaitraient pas encore les Dunes d’espoir, association qui nous tient tant à cœur, une petite présentation s’impose ...

L’association Dunes d’espoir regroupe des coureurs, tous compétiteurs, dont l’objectif est de partager leur passion sportive de la course à pied, avec des jeunes handicapés moteurs.

Depuis 12 ans qu’elle existe, l’association a permis à plusieurs centaines de jeunes de courir, courir étant véritablement le verbe employé par ces enfants ou jeunes adultes habitués à ne se déplacer qu’en fauteuil...

Nous sommes leurs jambes ou leurs bras, ils sont notre énergie et notre dynamisme !!

Nous sommes réunis pour eux, par eux, grâce à eux, et l’exploit que représente de parcourir de telles distances n’est possible que par leur soutien de chaque instant.

L’expérience montre que ces courses à l’autre bout du monde les aident tous à appréhender l’avenir sous un autre angle. Leur vision d’eux-mêmes et de leur handicap est ensuite bien différente.

Ils vivent des choses extraordinaires, laissant leur fauteuil derrière eux, pour ne penser qu’à franchir la ligne d’arrivée sous les applaudissements de toute cette communauté de sportifs aguerris.

Eux qui luttent chaque jour pour se déplacer dans la rue, dans les magasins, se promener en ville, là où l’accessibilité n’en est encore qu’à ses balbutiements, ils découvrent avec joie, des chemins totalement inaccessibles en fauteuil roulant, qui les mènent vers des paysages grandioses et totalement inconnus pour eux !!

Sentir la vitesse, le vent dans leurs cheveux, tout en participant à l’effort des coureurs, fait partie de la magie de la course en joëlette.

Nous allions cette fois-ci, faire partie du voyage, et découvrir toute cette magie ...

Nous ne savions pas encore dans quelle aventure nous allions nous embarquer, mais nous étions impatients de nous envoler vers les Caraîbes, accompagnés de toute l’équipe des Dunes d’espoir.

Nous avions hâte de faire vraiment connaissance avec nos 4 jeunes héros : Inès, Morgane, Gaspard, et Jonathan.

Vendredi 6 avril 2012

Les sacs sont prêts, rien ne manque : la crème solaire indice 50, la moustiquaire, le duvet, le matelas, les maillots de bain, et...Bien évidemment, les maillots jaunes !!

On ne parle pas ici des maillots des vainqueurs des tours de France, mais bien de ceux aux couleurs Dunes d’espoir ...

Un jaune bien fluo qui se voit de loin et que l’on repère à des centaines de mètres !! Si t’es Dune, t’es jaune fluo !!

Samedi 7 avril 2012

Le grand jour est arrivé, nous partons le matin, chargés comme des mulets vers la gare de Plaisir Grignon. Nous prenons le train direction Paris, le métro, puis enfin le bus Orlyval destination l’aéroport.

JPEG - 86.1 ko

Le jaune a envahi le hall de l’aérogare, nous y retrouvons Nadette, François, Georges, venus nous dire au revoir, puis tous les aventuriers partants pour cette épopée.

Les jeunes arrivent à leur tour, nous retrouvons avec bonheur ces gamins qui vont devenir un peu les nôtres durant une semaine.

JPEG - 63.2 ko
Inès, petite Caennaise jolie comme un coeur, au regard espiègle.
Morgane, notre belle métissée au sourire coquin, Guadeloupéenne par son Papa, elle va découvrir la terre de ses origines..
JPEG - 71 ko
JPEG - 75.4 ko
Gaspard que l’on connait bien, est un jeune Alsacien de 21 ans, bourré d’humour, il adore s’éclater et danser !!.
Jonathan, 19 ans, que l’on a rencontré lors du marathon de Vannes, est un tendre accro aux câlins, il ferait fondre un régiment !!
JPEG - 50.7 ko

Il y a un mélange de joie, d’anxiété et d’excitation dans leurs regards, il faut dire que l’on ne part pas faire des châteaux de sable sur la plage !!

Il va leur falloir quitter leurs parents, leur environnement pour nous donner toute leur confiance, et vivre une aventure hors du commun.

Leurs parents nous les confient en pleine forme, il s’agit de les ramener dans le même état !!

Les gros câlins sont de rigueur pour les aurevoirs.

Il nous faut passer à l’embarquement qui n’est pas une mince affaire, entre les joëlettes, les valises de notre groupe, les vérifications des papiers de chacun, on prend un peu de temps, mais l’avion est au bout du chemin !!

12 h 00 - Nous avons pris place dans le Boeing, et nous décollons à l’heure précise.

Le vol se déroule parfaitement bien, et les 8 heures de voyage passent finalement assez vite.

Entre le repas, les films à visionner, les papotages à droite et gauche, les délires de Pierre notre caméraman-reporter, on ne voit pas le temps défiler, et la Guadeloupe est déjà en vue sous l’aile gauche !!

L’atterrissage à Pointe à Pitre se fait en douceur, nous pouvons sortir de l’avion.

Il est 14 h 00 heure locale, 20 h à Paris, et nous allons revivre une après-midi complète, c’est toujours étonnant et un peu perturbant ces décalages horaires !!

Même si nous nous attendions à la chaleur, le passage dans le couloir est infernal, ils ont poussé les radiateurs à fond ou bien ?????

Morgane n’en peut déjà plus, elle se hâte d’enlever son sweat, son tee-shirt, pour se retrouver en débardeur léger.

Il va nous falloir nous y habituer, mais cette chaleur moite nous colle tout de suite à la peau, nous rêvons à notre tour de virer les jeans et pulls, pour passer un short !!

Heureusement, l’aérogare est climatisée et nous récupérons les bagages dans une atmosphère fraiche et agréable.

Nous allons par contre devoir patienter à l’extérieur une bonne demi-heure pour attendre le bus de l’organisation, et là, c’est carrément le four pourtant à l’ombre !!

Le bus climatisé est à notre disposition, les bagages sont embarqués dans la soute, nous nous installons au frais !!

3/4 d’heure de route où nous écarquillons les yeux pour ne rien rater de ce dépaysement total, la veille nous étions dans les tours de la Défense, là, nous avons des cases créoles, des palmiers, une végétation luxuriante et des fleurs éclatantes de couleurs !!

Nous voici à Saint François pour l’embarquement en bateau vers la Désirade, première étape de cette Guadarun.

L’accueil est formidable, la musique antillaise bat son plein, les organisateurs sont efficaces, la seconde dauphine Miss Guadeloupe est présente, une charmante demoiselle de 1.90 mètre aux jambes interminables !! ...

On nous offre à boire et à manger, de l’eau fraiche et des bananes qui suffisent à notre bonheur de l’instant.

C’est fou comme on s’habitue vite à l’ambiance festive de cette île !!

Morgane se régale de ce goûter improvisé.

Le bateau est prêt à partir, beaucoup de Guadeloupéens vont faire la traversée avec nous vers la Désirade, c’est le week-end de Pâques, et ils en profitent pour aller faire la fête sur les plages des îles avoisinantes.

Nous trouvons que nous sommes un peu nombreux en comparaison de la capacité de l’embarcation, mais nous faisons confiance à l’organisation !!

Nous nous sommes installés sur les sièges au grand air, il faut avouer que j’ai le mal de mer, et cette traversée m’inquiète un peu, même si j’ai pris mon comprimé de mercalm ....

JPEG - 53.8 ko

Les enfants ont quitté leur fauteuil et sont à nos côtés, nous les enduisons de crème solaire, Jonathan est un peu stressé, on le sent, mais on espère surtout que tout va bien se passer. Morgane, Inès et Gaspard sont plutôt sereins.

Les moteurs tournent, c’est parti pour une heure sur les eaux un peu tourmentées !!

Une fois le port derrière nous, les vagues se mettent à danser autour de la coque, des creux de 3 mètres se forment, et le bateau suit le mouvement ...

Jonathan n’est pas à la fête, il crie, s’agite et nous inquiète ...

Ses référents et Gilles l’entourent, tentent de l’apaiser, de le faire respirer tranquillement, la traversée risque d’être longue pour notre jeune.

Jonathan n’aime pas le bateau.

Et le bateau, on va le prendre tous les jours durant cette aventure, une petite angoisse monte dans l’équipe des Dunes.

Après tous ces remous, le calvaire de Jonathan touche à sa fin, nous passons au large de la magnifique pointe des châteaux, pour parvenir sur notre première île : la Désirade.

Tout le monde est content de poser les pieds sur terre, le roulis et le tangage n’ont pas fait que des heureux !!

Le soleil plonge dans la mer, il va faire nuit rapidement, mais les paysages que nous entrapercevons nous ravissent déjà, un petit port et de jolis bateaux colorés, une plage avec des palmiers, nous y sommes !! …
JPEG - 49.3 ko

L’aventure commence !

Une chaîne se met en place sur le quai pour débarquer les bagages, coureurs, organisateurs, chacun donne un coup de main, et les sacs volent de bras en bras, c’est impressionnant !

La nuit est tombée, nous nous dirigeons vers la plage à Fanfan pour installer notre bivouac.

JPEG - 46.7 ko

C’est Ibiza ici !!

La musique bat son plein, c’est la fête à Cabri, et les Guadeloupéens sont venus ici pour s’éclater ...Bon, ok , sur la même plage où nous sommes censés dormir...

La nuit risque d’être longue ou plutôt très courte !!

Des enceintes géantes de part et d’autre distillent chacune un style de musique différent : ici du zouk, là du reggae, et le volume est digne des meilleures boîtes de nuit !!

Grâce à maman Christiane, nous découvrons les prestations de notre hôtel de luxe : Des tentes 2" décathlon feront office de chambre, 3 douches froides installées dehors pour les 100 personnes présentes sur le camp, deux WC plus que rudimentaires, (qui passeraient le camping laribal de Millau au rang de camping 4**** private joke) !!

Denis Brogniart, notre parrain de Dunes d’espoir, pourra être fier de nous, c’est Koh Lanta version créole !!

Nous rions évidemment de la situation, et déplions avec bonheur notre tente attitrée sous les étoiles et les palmiers.

Les enfants sont enchantés, jusqu’au moment où ils comprennent que la douche se fera en maillot de bain (pudeur oblige) avec de l’eau froide, et dehors !!

Jonathan fait confiance en Olivier, Pilou et Gilles, Inès pense qu’on la taquine et qu’il existe un autre endroit pour nous laver, Morgane me dit qu’elle prend toujours des douches à 40°, Gaspard déteste l’eau fraiche, cela risque de rendre comique les premiers essais !!

Les fauteuils ont bien du mal à rouler dans le sable de cette plage, les bras de Raphaël ne sont pas de trop pour nous aider à déplacer Morgane.

Natacha et moi prenons notre rôle très à cœur pour entourer Morgane, ce n’est pas facile de se retrouver à 7000 km de son papa et sa maman, nous prenons nos premiers fous rires ensemble, et la complicité pointe déjà son nez entre nous !!

JPEG - 67.6 ko

Les tentes sont montées, les matelas gonflés, et les duvets déroulés, il est temps d’aller diner au restaurant « le Oualiri ».

Au menu Poisson-riz et banane en dessert, nous dégustons notre repas, mais le décalage se fait sentir et nous avons tous une grosse envie de dormir.

Retour au campement, et tout le monde au lit, pardon, tout le monde sur son matelas !!

Morgane dormira pour ces 2 nuits avec Natacha, entrer sous la tente n’est pas facile, mais on l’aide à trouver rapidement la tactique pour se retrouver à l’abri dans son duvet...

Nos jeunes vont découvrir le camping sauvage ...

Avez-vous déjà dormi entre deux enceintes sono ??

C’est ce que nous avons tenté de faire, la berceuse est plutôt rythmée et le sommeil saccadé...Heureusement, la fatigue du voyage l’emporte et les yeux se ferment doucement.


Dimanche 8 avril

3 H du matin, on se réveille tous comme si on avait fait la grasse mat’ !! Eh oui il est 9 h en métropole, et notre organisme n’a pas encore enregistré le décalage horaire...

Il fait super chaud, et à 4 h 30, on se lève en rêvant d’une bonne douche.

J’enfile mon maillot de bain pour aller me décrasser.

En sortant de la tente, je me heurte à un Guadeloupéen qui cherche ses clés dans notre petite tente réservée aux bagages ...Euh, je lui explique que c’est notre tente et qu’il ne peut pas avoir dormi dans celle-ci ...

Il me confirme qu’il a bien fait la fête la veille et qu’il s’est trompé de tente, il a juste dormi sur nos sacs !!

On ne lui en veut pas, heureusement, il n’a pas été malade !!

C’est cela l’ambiance à la Désirade !!

Tu danses, tu bois du tipunch, et tu t’écroules dans la première tente venue...

Nous avons bien ri de cette anecdote !!

Je me dirige enfin vers la douche extérieure, il fait encore nuit, mais le soleil perce ses rayons rapidement.

Je mets en route cette douche fraiche, qui me réveille définitivement.

Je découvre alors le poster de rêve qui m’entoure : des palmiers par centaines sur cette plage de sable blanc, des petits bateaux qui se se balancent sur cette mer émeraude s’étendant à l’infini...

Waouh prendre une douche face à ce panorama me sidère !!

Je réalise cette chance que nous avons de vivre ce genre d’instant, et ce n’est que le début !!

Natacha et Morgane étant réveillées à leur tour, nous en profitons pour laver notre miss, nous avons installé une chaise pour qu’elle puisse s’asseoir, pendant que nous la frottons.

Elle crie un peu au début, saisie par la température de l’eau, mais finit par apprécier le parfum du gel douche et l’ambiance exotique...

Nous ne nous attardons pas, car il est l’heure de nous rendre au petit déjeuner situé à la cantine de l’école, il nous faut encore marcher et rouler les fauteuils jusque là-bas.

JPEG - 100.2 ko
JPEG - 110.2 ko

La cantine donne juste en face la plage à Fifi, l’endroit est jute paradisiaque, la lumière est magnifique, les palmiers imposent leurs couleurs, la paillotte bleue, le hamac orange, achèvent cette peinture tropicale.

Certes la cantine n’a rien d’exotique et étant un peu en retard, nous nous contenterons des restes, plus de beurre, plus de confiture, ce sera jus de goyave, pain sec et chocolat chaud ...

On est aventuriers ou on ne l’est pas !!

Après ce petit déjeuner frugal, nous retournons au bivouac, où nous improvisons une chorégraphie pour le brossage des dents face à la mer.

Nos charmants voisins de camping viennent nous offrir des noix de coco pour en déguster le lait, c’est juste fabuleux !!

Nos jeunes ont la banane, c’est bien là le principal ...

La matinée étant libre, l’équipe des Dunes décide de tester la température de la mer, allez hop, tout le monde en maillot de bain, même Gaspard, qui n’aime pas trop la baignade...

Résister à l’appel de cette eau turquoise serait un supplice, alors il se lance, accompagné de ses chevaliers servants. Gaspard prend vite goût à patauger dans ces eaux transparentes, il prend confiance, et reste un moment à savourer ce nouvel exploit....
JPEG - 66.4 ko

Morgane a une phobie de l’eau mais nous tentons une approche délicate ... Le résultat n’est pas probant, mais elle a au moins trempé ses jambes dans la mer, c’est un premier pas.

Inès est comme un poisson dans l’eau mais ayant déjà fait quelques longueurs tôt dans la matinée, elle lie connaissance avec Grégory et Perle...
JPEG - 88.7 ko

Jonathan est à l’ombre sous les palmiers, il garde un œil sur l’équipe des jaunes !!

La pause matinale est terminée, il nous faut déjeuner pour prendre des forces avant la première étape de la Guadarun.

La chaleur se fait encore plus intense, nous avoisinons les 35°, courir par ce temps va être difficile pour tous les coureurs, et encore plus pour nos joëlettes.

Le départ va être donné sur la plage à Fifi, nous laissons partir Inès et Gaspard sur la première partie de l’épreuve.

Notre groupe d’accompagnateurs composé de Domi, Marie-Christine, Angélique, Marie, et moi-même, attend les consignes de Daniel, l’organisateur, nos chauffeurs ne devraient pas tarder à arriver, pour nous emmener jusqu’au ravito où s’effectuera le premier relais.

Un couple au sourire radieux se dirige vers nous, ce sont Katia et Joël, ils seront nos guides pour la journée, et ont mis à notre disposition leur joli 4x4 noir......
JPEG - 60.3 ko

Les fauteuils sont embarqués dans le pick-up, et notre petite équipe avec.

Jonathan est le plus heureux, il est tout excité à l’idée de monter devant avec Joël, musique créole à fond et clim’ pour rafraichir l’atmosphère ...

Je n’avais pas connu Jonathan aussi bavard depuis le départ, il pose des questions sur la marque du véhicule, sur les baleines, il s’extasie devant les paysages qui défilent, Joël se régale de cette amitié naissante...

JPEG - 54 ko
Jonathan évoque même l’idée que sa maman achètera un 4x4 quand il rentrera sur Marseille !!

Jonathan aime le 4x4.

Morgane est attentive à tout ce que peut dire notre adorable guide d’un jour, et guette au loin le souffle d’une baleine.

S’il existe des coups de foudre ou des coups de cœur, nous sommes en train d’en vivre un vrai avec Joël et Katia !!

Arrivés au ravitaillement, nous nous mettons à l’ombre sous l’abri-bus, notre Miss Guadeloupe Aude est déjà présente et très active !! Elle court au devant des premiers coureurs pour leur donner de l’eau...

Les concurrents sont ravis de se faire doucher par la miss en personne, elle est radieuse et les motive à fond.

JPEG - 122.5 ko

Les joëlettes arrivent à leur tour, nous les acclamons, les ravitaillons en eau et en friandises salées, nous échangeons nos jeunes aventuriers, Morgane et Jonathan prennent place à bord de leur carrosse, tandis que nous récupérons Inès et Gaspard.

Un deuxième coup de cœur va alors se produire ...

N’oublions pas, la Désirade porte plutôt bien son nom !!

Gaspard a droit à un énorme bisou de la part de Aude, Cupidon lance ses flèches de partout, et Gaspard rougit !

Évidemment nous ne manquons pas de le taquiner sur cette idylle naissante !!

Après avoir observé quelques iguanes dans les arbres, nous repartons vers l’arrivée sur la plage à Fifi.

Le retour en 4x4 est tout aussi épique, Inès et Gaspard prennent une leçon de créole grâce à Katia, « Mwen inmé ou », « Sa ka maché », ou bien encore « enlasse », ils sont ravis d’apprendre quelques expressions locales.

Pour le plus grand plaisir de Gaspard, nous rejoignons Aude à côté de l’arche d’arrivée. Elle lui offre un verre de jus de fruits frais, il est aux anges !!

JPEG - 80.9 ko

Sous l’œil des caméras et des appareils photos, elle lui passera même la bague de fiançailles au doigt, mais chut, c’est encore secret, et pas encore dans les journaux à scandales !!

Inès est la complice et témoin officielle de ces amours sous les tropiques !

La nuit tombe sur la Désirade, les concurrents franchissent tour à tour la ligne d’arrivée, nous apprenons leur prénom grâce à leur dossard, et les sourires partagés avec certains annoncent le début de belles amitiés...

Je pense entre autres à Yannick, Ninie, Laetitia, Michelle, Edith, Joël, Roberto, Sylvain, Guy...

Nous faisons plus amplement connaissance avec nos charmantes hôtesses de cette course, Jacky, Dany, Marianne, elles sont toutes aux petits soins pour nos enfants, et elles sont carrément géniales avec un sourire toujours présent !!

Les joëlettes franchissent à leur tour l’arche d’arrivée, nous sommes très fiers d’eux, de cette première étape de 28 km franchie haut les mains !!Nos coureurs sont fatigués, mais heureux, Morgane et Jonathan ont ce sourire de vainqueurs que l’on aime tant.

La soirée est bien entamée, et nous devons déjà nous rendre au Oualiri pour le diner.

Une pluie tropicale nous accompagne durant le repas.

Retour au bivouac pour la dernière nuit sur cette île magique de la Désirade.

Nos fêtards ont amélioré leur matériel sur la plage, ils ont ajouté à la sono des écrans géants de karaoké, c’est incroyable !!

La fatigue aidant, c’est avec l’air de « Aline, et j’ai crié Aline » que nous nous endormons pour quelques heures ...

Lundi 9 avril 2012

Réveil à 5 h 00 - Petit déjeuner à 7 h 00

Natacha et moi aidons Morgane pour sa toilette, cela devient un jeu et la bonne humeur de notre minette fait plaisir à voir.

Nous démontons le camp, certains ont besoin de la leçon de pliage de la tente 2", certains ont la technique, d’autres pas du tout !!

Les sacs sont rangés et groupés pour le prochain embarquement vers Marie-Galante.

Gaspard profite de ce moment de répit pour roucouler, des coeurs surgissent encore de partout...

JPEG - 81.6 ko

Grégory, ses frères et Perle sont ravis de participer au délire, ils seront ensuite très proches de nous durant tout le séjour.

Katia et Joël avaient promis de passer nous dire au revoir, et tiennent leur promesse, pour le plus grand bonheur de nos jeunes.

L’émotion est au rendez-vous, c’est étonnant comment l’on peut décupler les sentiments sur des rencontres aussi belles...

Nous quittons des amis que l’on ne connaissait pas la veille.

Merci Katia et Joël pour tout ce que vous nous avez apporté, pour nous, pour Jonathan, Morgane, Inès et Gaspard, vous resterez dans nos cœurs !!

La Désirade va nous manquer, et ses hôtes encore plus.

Nous partons vers le quai d’embarquement, la même organisation, la même chaîne se forme pour mettre tous les bagages dans le bateau.

Jonathan arrive tel un prince, dans son 4x4 préféré..

Nous grimpons dans le bateau, les moteurs tournent, Jonathan fait de l’humour.

Jonathan commence à aimer le bateau.

Joël et Katia klaxonnent au loin et nous font de grands signes.

Gros pincement au coeur.

La Désirade s’éloigne.

Fin de la première étape, cette première île nous a littéralement conquis.

Marie-Galante saura-t-elle nous séduire autant ?

Ne ratez pas notre prochaine étape ....


Vos commentaires

  • Le 20 avril à 15:09par MichelleGravatar

    Bravo pour ce magnifique récit, tout y est et même plus, je découvre des détails qui m’ont échappé sur place ;-) ! Merci, aussi pour ta générosité, ta bonne humeur, ton dévouement et ton sourire.... 
    Bises

    Répondre à ce message

  • Le 20 avril à 14:04par Gilles de la chti teamGravatar

    Super récit ! on revit notre périple.Il fait pas rêver notre « dortoir » sous les palmiers ?

    Répondre à ce message

  • Le 20 avril à 11:30par YannGravatar

    Je me suis régalée a te lire. Ça m a transportée la bas !! Du bonheur. Merci la belle. J ai hâte de lire la suite....

    Répondre à ce message

  • Le 20 avril à 11:13par Raph.Gravatar

    Superbe récit, j’ai encore l’impression d’y être, un gros Big Up à Katia et Joël qui ont étés plus qu’adorables :-)

    Raph. (Duniste et Guadarunner)

    Répondre à ce message

  • Le 20 avril à 11:11par NatachaGravatar

    BRAVO pour cette belle prose mon binôme préféré !!! 
    Plein de gros bisous

    Répondre à ce message

  • Le 20 avril à 07:10par brunoGravatar

    merci, taz^^ on s’y croirait

    Répondre à ce message

  • Le 20 avril à 00:53par patriciaGravatar

    tres beau texte on croirait etre la bas avec vous bisous

    Répondre à ce message